Vous lisez, vous? Bah ça dépend si j'ai un livre!

Discussions générales ou hors topic pour les membres de la communauté. Les consommations ne sont pas incluses dans le prix, et on ne drague pas la serveuse merci.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Dernièrement j'ai lu le premier tome de la trilogie 1Q84, de Haruki Murakami.

Je crois que pas mal de membres de ce forum connaissent ce livre, car je me rappelle avoir vu des échanges à son propos sur ce même topic, il y a plusieurs années, mais peut-être que ma mémoire de quarantenaire me fait défaut.

En tout cas, c'est du tout bon. On s'attache à deux histoires différentes au premier abord, évidemment elles vont se rejoindre : d'un côté une jeune femme solitaire, discrète mais aussi experte en combat à main nue, qui tue en toute discrétion des hommes auteurs de violences conjugales; de l'autre un écrivain talentueux qui n'a pas encore émergé, et qui accepte de s'embarquer dans la réécriture frauduleuse d'un texte, commis par une jeune fille quasi mutique de 17 ans à l'histoire obscure, pour transformer le dit manuscrit en futur best seller.

1Q84 se lit très bien, et je dirai même qu'il est très clair alors que les zones de flou et de confusion sont distillées par touches, à mesure que le décor s'implante. La narration est habile, le rythme marque un peu le pas dans les cinquante dernières pages, mais je pense que c'est à dessein : freiner l'avidité de la lecture et des informations afin de préparer l'entrée dans le deuxième tome.

Au départ, j'ai été déçu que du fantastique s'incruste dans ces deux histoires qui se suffisaient à elles-même, sauf que cet aspect se fait tout en douceur, il n'y a pas de point de bascule dérangeant. On y vient sans y être, tout comme on commence à comprendre les liens sans vraiment les saisir. C'est subtil et délicat comme un bon plat japonais.

Bref, je suis impatient de savoir comment toute cette histoire va continuer, donc je n'ai pas le choix : il va me falloir acheter le tome 2 et le tome 3.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Guigui
1 crédit c'est déjà trop
Messages : 2271
Inscription : 15 mai 2008, 11:23

raisonnable a écrit :
16 janv. 2020, 08:47
... c'est le seul que j'ai aimé de manière timorée.
Merde, je n'aurais pas du lire le topic sur les livres, pas assez de vocabulaire.

Ou alors je devrais lire des livres ? :-o
Bravo jolie Ln, tu as trouvé : l'armée de l'air c'est là où on peut te tenir par la main.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

ta remarque est pertinente, parce qu'elle m'a poussé à chercher la définition du mot "timoré", et elle ne convenait pas à la situation : "qui est d'une prudence excessive".

Je pense que c'est le mot "mitigé" qui n'a pas voulu sortir, et j'ai pêché par flemme, bien fait pour moi
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Vlatabaff
Radiant Silverpost
Messages : 1419
Inscription : 14 mai 2013, 14:21
Localisation : Bretagne (35)

Dernièrement j'ai terminé la Horde du Contrevent de Alain Damasio et je dois bien avouer que c'est surement mon roman préféré de SF à ce jour.

On y suit un groupe de 23 spécialistes qui doivent affronter le vent en essayant de remonter jusqu'à sa source. C'est très bien écrit, parfois un peu complexe à suivre car le style utilisé par l'auteur est assez déroutant : les situations sont décrites par des protagonistes différents, chacun avec son style propre et particulier, chacun avec son point de vue subjectif. Cela donne aussi une réalité profondément concrète à l'histoire, le tout dans un univers purement SF, basé sur un paradigme apportant une cohérence supplémentaire au tout.

Bref, j'ai vibré tout au long des 700 pages en compagnie de cette Horde de contre et j'ai savouré ce roman exactement comme je savourais dans ma jeunesse un excellent manga qui apporte son lot d'émotions : larmes, rires, chair de poule et frissons....
"Les meilleurs conseils viennent des survivants passionnés..."
Image
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
Messages : 7497
Inscription : 22 mai 2003, 16:26
Localisation : Nantes
Contact :

Vlatabaff a écrit :
04 mars 2020, 09:59
les situations sont décrites par des protagonistes différents, chacun avec son style propre et particulier, chacun avec son point de vue subjectif.
C'est un chouette procédé, oui. Orson Scott Card l'avait utilisé aussi dans ses Chroniques d'Alvin le Faiseur, que je vous recommande aussi au passage.
Incredible Excite-Dragon Shooting! Challenge to your Intensive Capacity!
Avatar de l’utilisateur
GameOver
Ruineur de Clavier
Messages : 610
Inscription : 03 juin 2018, 21:46
Localisation : Toulouse

raisonnable a écrit :
03 mars 2020, 12:27
Dernièrement j'ai lu le premier tome de la trilogie 1Q84, de Haruki Murakami.
C'est le dernier livre que j'ai lu de Murakami et le dernier que je lirai aussi. J'ai vraiment été très déçu par la consistence de l'intrigue et de la profondeur psychologique des personnages. Alors que dans La Course au Mouton Sauvage on sautait (!) de visions oniriques en monologues lyriques, là rien de tout ça, et de plus c'est long. Très long. La Fin des Temps a lui aussi ce défaut, on s'ennuie un peu parfois, mais le style et l'inventivité de l'histoire font que l'on s'accroche et que l'on se régale au final. Là non, et c'est pour moi le roman de trop d'un romancier qui s'assèche mais qui est tellement connu maintenant qu'aucun critique ne s'attaque sérieusement à lui. En tout cas à la sortie de 1Q84, là je ne suis plus du tout le petit monde des romans actuels.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Comme c'est le premier livre que je lis dans l'oeuvre du sieur Murakami, je n'ai pas ton recul donc je ne me fie qu'aux impression laissées par cette lecture en particulier. En l'occurrence, j'ai trouvé cela très bien, pour les raisons que j'ai développé plus haut.

Mais il est tout à fait probable que si j'avais lu d'autres bouquins de lui, et que j'avais trouvé ces derniers plus sincères et percutants, cet 1Q84 m'aurait laissé un sentiment plus mitigé. Qu'on le veuille ou non, nous sommes toujours influencé par le passif!
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

J'ai lu et fortement apprécié Vengeances, de Phillipe Djian. L'histoire s'intéresse à un cinquantenaire autocentré, queutard, accroc aux fêtes et aux drogues, artiste contemporain reconnu, dont le fils s'est suicidé il y a quelques mois. Sa compagne, qui n'est pas la mère du fils décédé, se barre à l'étranger après l'avoir soutenu comme elle le pouvait les mois qui ont suivi le deuil. Seul reste un couple de potes, tout autant allumés et irresponsables. Un jour, il va ramasser une jeune fille ivre morte dans le métro, et décider de s'en occuper.

La narration est originale ; on alterne entre le point de vue du protagoniste principal et le point de vue d'un narrateur extérieur. Du coup, le lecteur fait des allers retours entre vision distanciée et vision empathique, car oui, on parvient à se mettre à la place de cet antihéros, à défaut d'épouser ses choix et sa vision des choses. La relation qui se noue avec la jeune fille est ambiguë, rend malaisé, et en même temps elle fascine dans tout ce qu'on en suppose et anticipe de malsain, même si les problèmes ne surviendront pas forcément d'où on pouvait le craindre. Le livre explore bien les noirceurs de l'âme humaine et ses failles, mais aussi les notions d'amitié et de sincérité.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
Messages : 7221
Inscription : 06 sept. 2012, 18:14
Localisation : Moose VS Beaver

Je reposte ce que j'ai écrit dans le sujet sur Yace pour s'assurer que tous les lecteurs papier du forum aient l'information.


Les éditions de l'Ecureuil Noir, dirigées par Dr. Lakav mais avec Yace à la plume, organisent une campagne spéciale de financement pour sortir le guide ultime de Super Aleste que Yace a réalisé dernièrement, avec tout ce qu'il faut pour devenir le n°2 mondial sur le jeu (Yace demeurera pour toujours le n°1 bien sûr).

Le guide ne sera disponible que durant cette campagne spéciale pour sa publication, et les bénéfices seront reversés à sa famille (merci à Dr. Lakav pour cette attention) :
https://mobile.ulule.com/hommage-yace/?lang=fr
Image
Image
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Hop, j'en ai terminé avec les 705 pages de "Le maître des illusions" d'une certaine Dona Tartt. L'histoire s'intéresse à un jeune paumé dans ses études. Il va rejoindre un cercle assez confidentiel, spécialisé dans l'étude du grec ancien, animé par un professeur à la réputation brillante et sulfureuse. Le groupe est composé de cinq autres élèves, tous d'une personnalité bien marquée, et dont les liens et interactions paraissent déjà solidement ancrés. En parallèle des sempiternelles fêtes, drogues et séances de sexe sans lendemain, les rencontres avec ces cinq 'intellos-marginaux" vont l'animer et le porter, mais l'ombre du drame et le goût du crime planent et bientôt tout va basculer.

Depuis que j'ai bouclé l'intégrale des œuvres de Bret Easton Elllis et de Hubert Selby Junior, je rongeais mon frein, attendant au détour d'une rue sordide ma rencontre avec un nouvel écrivain américain de la même trempe. Ma femme m'a innocemment conseillé ce roman, je fus interpellé lorsqu'elle m'a dit que l'écrivaine en question mettait quasi dix années pour l'écriture de chaque nouveau roman. Puis j'ai appris que lorsque Dona Tartt avait rédigé les cinquante premières pages de son manuscrit, un certain Bret Easton Ellis, inscrit dans la même fac qu'elle à la même époque, l'avait vivement encouragé à poursuivre dans la direction choisie.

J'ai dévoré ce livre avec plaisir. Il est tellement maîtrisé que j'ai peine à croire qu'il s'agisse d'un premier roman. Les descriptions des lieux, des périodes et des personnages sont minutieuses mais bien dosées, donc jamais chiantes. De plus, Le maître des illusions a la force des grands romans : il se passe plein de choses mais on ne s'en rend compte que dans l'après-coup, parce qu'on se retrouve embarqué avec la troupe. Le regard sur une jeunesse dépravée et oisive est aussi mordant que chez les deux auteurs que j'ai cité précédemment, mais use de moins d'excès et d'éléments spectaculaires, du coup la banalisation fonctionne avec d'autant plus de ruse. Pour autant, l'enchaînement des événements est sidérant, y compris lorsque les points de bascule sont annoncés très en avance. Je le répète : il se passe beaucoup de choses dans ce roman, dont plusieurs adoptent un caractère irrémédiable, donc personne n'en ressort indemne y compris le lecteur.

D'après ce que j'ai compris, Dona Tartt a écrit deux autres livres (bah oui, puisqu'il lui faut un peu moins de dix ans pour leur donner niassance). Banco.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Radigo
Counter Stop
Messages : 7058
Inscription : 22 mai 2003, 16:31
Localisation : Paris
Contact :

Ah mais oui, j'ai lu cette année !

Voyage au centre du système - une plongée au coeur des cercles influents sur les 3 mamelles du monde moderne : politique, finance et médias. Ce n'est pas un mode d'emploi du Monde ou une façon de comprendre comment il fait pour tourner carré comme ça depuis si longtemps... mais ça donne de bonnes pistes de réflexions. Par contre, attention, ce n'est qu'un point de vue, en l'occurence d'un énarque qui répète tout au long du bouquin que le populisme c'est mal. Ce topic n'est pas là pour parler de ça donc j'espère ne pas lancer de débats enflammés sur le sujet de la lutte des classes, c'est juste un avertissement, c'est pompeux, hors sujet pourrait-on penser, mais tellement révélateur de la diversité qu'est le Monde finalement. J'ai eu l'impression de lire un livre à propos d'une autre planète parfois.

Histoire des grandes erreurs de management - encore de la vulgarisation et de l'Histoire sur un sujet que je ne connais pas (qui m'emmerde aussi). Ce sont une grosse dizaine de cas d'école analysés entre 1950 et 2020 grosso-modo. Edifiant mais si vous avez encore foi en l'Humanité évitez-le.

22/11/63 - parce que je n'ai jamais tenu plus de 100 pages de Stephen King je me suis lancé un challenge sur une histoire que je ne connaissais pas (difficile vu toutes les adaptations télé/ciné qu'il y a eu). Divertissant et assez prenant par moments. Je ne vais pas me lancer corps et âme dans l'oeuvre de l'auteur mais j'ai passé un bon moment (dans un transat pendant le confinement au lieu de prendre le RER).

Akira - j'ai relu l'intégrale rééditée récemment en format d'origine N&B. J'en ai pris plein les yeux, ce truc est une oeuvre d'art d'une densité hallucinante. Chaque case fourmille de détails, les paysages sur une ou deux pages sont waw, j'ai mis longtemps à savourer les 5 tomes car je passais de longues secondes sur presque chaque page. Mais... passé le tome 2 c'est un peu chiant en fait. Y'a bien quelques morceaux de bravoure, des moments cultes (qui ont été pêchés pour le film) mais parfois je décrochais et dans ma tête les 3 derniers tomes se mélangent beaucoup.

Et là j'ai commencé JoJo Bizzare Adventure et j'ai hâte d'en reparler car je suis sous le charme ! C'est "juste" un shonen donc parfois je trouve ça un peu chiant ("oh t'es fort ! Mais j'ai une technique encore plus forte ! Non, moi aussi ! Non, moi aussi !" etc ad nauseam) mais c'est tellement bien autour que j'apprécie énormément.
"HYPER GAGE : 500%"
Image
Avatar de l’utilisateur
Radigo
Counter Stop
Messages : 7058
Inscription : 22 mai 2003, 16:31
Localisation : Paris
Contact :

Ah ! J'ai oublié le livre pour lequel j'avais envie de partager mes lectures, quel nul.

Fouloscopie - Un livre d'un chercheur sur le comportement des foules humaines : gens qui marchent dans la rue, rassemblements, événements, manifestations, mouvements de paniques, évacuations, propagation d'informations, comportements de masse sur internet, et autres sujets absolument passionnants ! J'ai découvert ça sur sa chaine YT qui est juste une promo (éhontée, zéro subtilité dans le placement produit, c'est limite un shareware du bouquin) mais le sujet m'intéressait tellement que j'ai acheté le bouquin sans me poser plus de question. J'ai pas regretté, c'est un peu dilué, parfois l'anecdote et l'enrobage contextuel laisse penser que le contenu n'est pas à la hauteur mais les infos sont quand même bonnes et intenses. La partie bibliographie à la fin est une épaisse preuve de rigueur qui fait plaisir.

Plus haut je parlais d'un bouquin qui oblitère la foi en l'espèce humaine, celui-ci fait tout le contraire !
"HYPER GAGE : 500%"
Image
Avatar de l’utilisateur
Mickey
King Fossile
Messages : 25053
Inscription : 28 févr. 2004, 00:08

Radigo a écrit :
10 août 2020, 09:57
Fouloscopie
Je n'ai pas lu son bouquin mais les vidéos de sa chaîne YT sont passionnantes et flippantes à la fois !
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Il y a quasiment un an de cela, un gars avec qui je discutais m'a conseillé de lire l'oeuvre littéraire d'une certaine Annie Ernaux, dont je n'avais jamais entendu parler. J'ai traîné pendant plus de six mois avant d'acheter trois de ses livres, pour voir, et encore quatre mois supplémentaires pour commencer la lecture de l'un d'eux. Moitié feeling moitié pif total, j'ai choisi La femme gelée.

L'histoire commence avec l'enfance de l'auteure (je ne sais pas dans quelle mesure l'autobiographie est totale ou juste source d'inspiration) et remonte jusqu'à la trentaine de cette dernière, alors qu'elle est mère de deux enfants. Le sujet du livre, en filigrane, m'a semblé être une charge contre la domination masculine sociétale, transformant malgré elle une fille dont les modèles parentaux et la personnalité auraient dû l'amener à se vivre dans la liberté de décision et d'existence, mais qui s'est finalement retrouvée engluée dans le rôle de bobonne pondeuse de gosse, attendant sagement son mari à la maison.

Raconté comme cela, je pourrai comprendre l'envie de fuir vers d'autres contrées littéraires. Ce serait une erreur et dommage. Parce que si j'ai appris quelque chose, c'est que cette Annie Ernaux est capable de déployer une rare force d'écriture, qui tantôt assène des images à répétition permettant au lecteur de s'implanter dans le décor et d'y trouver une résonance, tantôt tient en haleine à partir de petits riens, ces petits riens du quotidien qui représentent les plus belles et les plus terribles aventures. Et, enfin, une volonté de vivre contagieuse.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Lyv
Radiant Silverpost
Messages : 1074
Inscription : 02 août 2013, 09:59
Localisation : 精神と時の部屋

J'ai laissé de côté la fiction ces derniers temps, pour me faire quelques pavés forts instructifs.

Capital, volume 1, de Marx
Pas facile d'accès, c'est un traité d'économie politique qui commence avec des concepts très théoriques qui peuvent dérouter. Très rigoureux et austère, assez académique au fond vu que ça reprend et critique les travaux qui avaient été faits dans le domaine auparavant (en expliquant par a+b pourquoi c'est d'la merde, comme de tradition). Pour le fond, c'est trop dense pour pouvoir résumer en trois lignes, mais outre la partie conceptuelle sur la valeur-travail, le plus intéressant est sans doute l'aspect historique de la transition industrielle des états européens au 19e siècle (si on accepte de se taper des pages de chiffres sur la production de coton au Royaume-Uni).

The Limits to Growth, de Meadows et al (la version mise à jour de 2002)
Ou Pourquoi on savait que la planète commençait à cramer dans les années 70 et qu'on en avait déjà rien à foutre.
C'est plus ou moins un rapport technique vulgarisé sur les travaux d'une équipe de statisticiens/dynamiciens, qui ont essayé de représenter le système socio-économique mondial de manière mathématique (un paquet d'équations interconnectées qui décrivent les tendances générales du système en fonction du comportement des sous-parties constituantes). Ils concluaient que tous les scénarios où l'objectif principal de l'humanité était l'accroissement des biens et services par personne aboutissaient à un effondrement du système durant le 21e siècle.
Une étude récente a montré qu'on suivait actuellement de très près le scénario "on n'en a rien à foutre" n°2. :aaah:

De la démocratie en Amérique, de Tocqueville
Écrit dans la première moitié du 19e siècle, donc au moment de la transition des nations occidentales vers des systèmes démocratiques. Il commence par examiner le détail des institutions américaines, leur lien avec l'histoire et les spécificités du pays, et les traditions/mœurs/valeurs des habitants. Il traite ensuite de la démocratie en elle-même (en commençant par le système américain avant d'élargir), des différences avec les systèmes aristocratiques (européens), et des effets de la transition de l'un à l'autre. C'est remarquablement complet et éclairé ; il considère toujours l'ensemble des aspects d'une nation dans son analyse. Il conclut avec une analyse des possibles conséquences néfastes des régimes démocratiques.
Très intéressant si on accepte de se taper un cours de 8h de droit constitutionnel en préambule. Le genre de bouquin pour s'élargir le champ de réflexion et prendre un peu de recul.


Oui, je déteste m'amuser.
And long ago I stopped asking why
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

GameOver a écrit :
31 mars 2020, 12:37
raisonnable a écrit :
03 mars 2020, 12:27
Dernièrement j'ai lu le premier tome de la trilogie 1Q84, de Haruki Murakami.
C'est le dernier livre que j'ai lu de Murakami et le dernier que je lirai aussi. J'ai vraiment été très déçu par la consistence de l'intrigue et de la profondeur psychologique des personnages. Alors que dans La Course au Mouton Sauvage on sautait (!) de visions oniriques en monologues lyriques, là rien de tout ça, et de plus c'est long. Très long. La Fin des Temps a lui aussi ce défaut, on s'ennuie un peu parfois, mais le style et l'inventivité de l'histoire font que l'on s'accroche et que l'on se régale au final. Là non, et c'est pour moi le roman de trop d'un romancier qui s'assèche mais qui est tellement connu maintenant qu'aucun critique ne s'attaque sérieusement à lui. En tout cas à la sortie de 1Q84, là je ne suis plus du tout le petit monde des romans actuels.
Eh GameOver, je me suis attaqué à Kafka sur le rivage du même auteur, j'ai dépassé le premiers tiers du livre, t'en as pensé quoi de celui-là? Perso j'aime beaucoup, ne pas lire mon chapitre quotidien me dérange donc c'est signe que l'histoire m'absorbe. Et toujours cette intrusion du fantastique qui déroute puis prend parfaitement s aplace.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
GameOver
Ruineur de Clavier
Messages : 610
Inscription : 03 juin 2018, 21:46
Localisation : Toulouse

Et bien je ne l'ai pas lu ! Malgré le fait que ce soit sûrement le plus réputé de l'auteur, ou en tout cas celui qui l'a fait connaître si je ne dis pas de bêtises. J'imagine bien que tu dois te régaler, oui.
De cet auteur je n'ai lu que les romans cités plus haut, plus l'excellent Danse, Danse, Danse dont je ne me souviens plus du tout de l'histoire.

Vu le monde de fous (bien réel lui !) dans lequel nous vivons j'ai peu à peu laissé tombé les fictions au profit d'essais car je suis toujours déçu finalement. Seuls restent dans mon coeur Céline, Balzac, et surtout l'immense Dostoïevski...
Avatar de l’utilisateur
Lyv
Radiant Silverpost
Messages : 1074
Inscription : 02 août 2013, 09:59
Localisation : 精神と時の部屋

J'avais beaucoup aimé Kafka sur le rivage. Je l'ai lu il y a des années, mais je me souviens encore un peu de l'ambiance qui s'en dégageait ; de voyage, d'isolation et de découvertes.
Après je n'avais pas été transcendé par les autres textes de Murakami que j'avais lus. La ballade de l'impossible était bien mais pas inoubliable, et la collection de nouvelles (Saules aveugles, femme endormie, il me semble) était très inégale, comme souvent dans les recueils malheureusement...et au bout de quelques-unes j'avais l'impression qu'il resservait toujours la même soupe.
Par contre la version illustrée de L'étrange bibliothèque était très appréciable, les dessins accompagnaient bien l'histoire pour un voyage bref mais plaisant.
And long ago I stopped asking why
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

GameOver a écrit :
14 nov. 2020, 17:03
Vu le monde de fous (bien réel lui !) dans lequel nous vivons j'ai peu à peu laissé tombé les fictions au profit d'essais car je suis toujours déçu finalement. Seuls restent dans mon coeur Céline, Balzac, et surtout l'immense Dostoïevski...
Si tu aimes lire des essais pondus par une sacrée plume et de la personnalité forte tant qu'à faire, je ne peux que te conseiller White de Bret Easton Ellis, si tu ne l'as pas déjà lu.

Pour ce qui est de Céline, on est d'accord, c'est de l'inégalable à tout jamais. Du sieur Dostoïevski, je n'ai lu que les deux volumes des Frères Karamasov, tellement génial. Tu me conseilles quoi d'autre de lui? Je suppose que tu as lu des œuvres de Gogol aussi? Les Nouvelles de Petersbourg sont une belle expérience.

Lyv : ça m'interpelle ton Étrange bibliothèque, je n'arrive pas à voir d'autres dessins que la couverture en zonant vite fait sur le net, mais vais quand même me laisser tenter
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Prickly Angler
Joystick d'or 2016
Messages : 536
Inscription : 21 févr. 2017, 02:00

Très intéressant si on accepte de se taper un cours de 8h de droit constitutionnel en préambule
Ah ouais à ce point ? C'est un ouvrage que je n'ai pas lu en intégralité, j'ai seulement lu une quarantaine de pages d'extraits lorsque que je l'avais étudié en licence de sciences humaines et ne j'avais pas trouvé ça super technique au niveau du droit (même si je sais qu'il était juriste). Après c'est ptet aussi qu'ils avaient sélectionné pour nous les passages relatifs à la société, aux changement des moeurs, des représentations sociales, etc. Excellent bouquin en tout cas, je souscris totalement à ton opinion malgré que je n'en aie qu'une connaissance superficielle.

Principalement je lis surtout des ouvrages de philosophie, et d'une manière générale je lis assez peu. Je n'ai quasiment aucune culture littéraire hormis les choses que j'ai étudié à l'école, et j'ai commencé à lire pour le plaisir assez tard. Je me dis qu'il faut que je mette plus à la littérature, j'en lis un petit peu de temps à autres mais c'est clair que je dédie le plus gros de mon temps de lecture à la philosophie. Vu que vous citez beaucoup d'auteurs russes n'hésitez pas à me recommander des noms d'ouvrage (courts de préférence), car j'étudie le russe et il faut que je me mette à la lecture d'ouvrages en édition bilingue. C'est clair que ce n'est pas avec un niveau B1 que je pourrais lire du Gogol et du Dostoïevski dans la texte, mais il me semble qu'ils ont une excellente littérature et ça pourrait donc être un moyen intéressant de progresser.

Pour ma part je suis en train de lire Recherche Philosophique sur l'origine de nos idées du sublime et du beau d'Edmund Burke, un irlandais du 18ème siècle absolument génial. C'est un bouquin d'esthétique même si il n'emploie pas le terme : tout son entreprise consiste à distinguer le beau, conçut comme un plaisir petit et bas, du sublime, plaisir passionné qui prend sa source dans ce qu'il y a de grand, d'horrifique, de terrifiant, et dans tout ce qu'il y a de sombre, d'atroce, et de dérangeant dans l'existence. En ceci c'est un peu le père d'une esthétique négative qui s'oppose au beau, à la moralité, etc (bien que Burke reste chrétien et opposé à folie meutrière de la révolution française). Toute la philosophie de l'auteur est teintée d'un esprit poétique, littéraire, notamment de celui des anciens de l'antiquité à qui il se réfère systématiquement. L'ouvrage est très bien écrit, et très agréable à lire, quasiment pas de références à d'autres philosophes non plus : son analyse part des sens, des passions, et de tout ce que nous font ressentir les choses les plus communes.
WARNING !! A HUGE BATTLESHIP PRICKLY ANGLER IS APPROCHING FAST : https://www.twitch.tv/prickly_angler
Avatar de l’utilisateur
GameOver
Ruineur de Clavier
Messages : 610
Inscription : 03 juin 2018, 21:46
Localisation : Toulouse

raisonnable a écrit :
14 nov. 2020, 20:33

Si tu aimes lire des essais pondus par une sacrée plume et de la personnalité forte tant qu'à faire, je ne peux que te conseiller White de Bret Easton Ellis, si tu ne l'as pas déjà lu.

Pour ce qui est de Céline, on est d'accord, c'est de l'inégalable à tout jamais. Du sieur Dostoïevski, je n'ai lu que les deux volumes des Frères Karamasov, tellement génial. Tu me conseilles quoi d'autre de lui? Je suppose que tu as lu des œuvres de Gogol aussi? Les Nouvelles de Petersbourg sont une belle expérience.

Je note, merci. Je n'ai lu que American Psycho de Ellis, j'avais beaucoup accroché il y a vingt ans, cette description emmenée de façon originale de l'horreur mondaine/consumériste/capitaliste/...etc etc.

Oui, Les Frères Karamasov, tellement génial ! Indispensable ! Je peux aussi te conseiller Crime et Châtiment, tu ne seras pas déçu. Histoire très dure avec une profondeur psychologique rarement atteinte, un final tellement... bon je ne vais rien dévoiler ce serait dommage !
Le joueur aussi est très intéressant, beaucoup plus court, peut-être plus percutant du coup. Par contre je l'ai relu il y a quelques années dans l'édition Babel avec une re-traduction bien naze, qui souhaitait s'éloigner des standards XIXème siècle et actualiser la forme. Pour moi c'est une trahison, un énième attentat contre les richesses du passé.

Pouchkine La Dame de Pique (nouvelle) m'avait fait bonne impression aussi.

Et pour Gogol c'est bien vu, un auteur que j'ai raté et qui a sûrement de très belles oeuvres à son actif lui aussi. Je note, merci.


Prickly, je ne sais quoi te conseiller à lire dans le texte, vu que les auteurs russes aiment manier une langue très riche sur des thèmes profonds... Les plus courts que j'ai cité peut-être, tu me diras.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

ça tombe bien pour Crime et châtiments et Le joueur, ma femme les a dans sa bibliothèque. Mais je vais commencer par Humilié et offensé, je veux savoir ce qui se cache derrière ce titre.

Pas con de me parler de Pouchkine, il va falloir que je m'y intéresse tôt ou tard.

Pour Bret Easton Ellis, si tu souhaites t'y plonger en revenant finalement vers les romans, et que tu as apprécié American Psycho, je te donne mon sempiternel conseil : plonge toi dans Moins que Zéro puis dans Lunar Park, ses deux autres chefs-d'oeuvre.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
GameOver
Ruineur de Clavier
Messages : 610
Inscription : 03 juin 2018, 21:46
Localisation : Toulouse

En tout cas je tiens à dire que cela fait plaisir de partager ce genre de choses sur shmup.com
Je lis aussi les commentaires de Lyv avec intérêt, même si je n'ai pas grand chose à rajouter. Si, peut-être au vu de la lecture du Das Kapital conseiller Francis Cousin L'Être Contre l'Avoir, penseur contemporain qui lit Marx avec la lorgnette de Guy Debord (cf La Société du Spectacle). Une approche très intéressante, même si le type a ses limites (notamment pour proposer une alternative concrète et solide au système qu'il conspue), mais il faut reconnaître que la critique qu'il fait requiert un talent certain que ce soit sur la forme et sur le fond.
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
Messages : 9512
Inscription : 29 avr. 2007, 11:28
Localisation : La Gias

J'avais racheté quelques incontournables tels que l'Iliade ou L'Étranger pour le nouveau confinement (rires enregistrés) mais comme les 3/4 des Français en réalité je ne le suis pas (re-rires enregistrés), je n'aurai pas le temps de les lire tout de suite. :D
Jeux du moment : Assassin's Creed III (PS3) / Shadow Hearts (PS2) / Super Robot Taisen EX (PS3)
Avatar de l’utilisateur
GameOver
Ruineur de Clavier
Messages : 610
Inscription : 03 juin 2018, 21:46
Localisation : Toulouse

C'est vrai que l'Iliade c'est à lire !
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Ah oui l'Illyade et l'Odyssée ça fait plus de six mois que je me dis : il faudrait peut-être les acheter et les lire bon sang de l'Olympe. En plus ils ne sont pas si volumineux que je ne le redoutais : moins de 550 pages chacun, ça passe.

C'est vrai que c'est sympa de pouvoir parler bouquins ici, dans mon entourage amical, familial et professionnel c'est même pas la peine (à part avec ma psychopathe d'épouse).
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Lyv
Radiant Silverpost
Messages : 1074
Inscription : 02 août 2013, 09:59
Localisation : 精神と時の部屋

Prickly Angler a écrit :
15 nov. 2020, 02:33
Très intéressant si on accepte de se taper un cours de 8h de droit constitutionnel en préambule
Ah ouais à ce point ? C'est un ouvrage que je n'ai pas lu en intégralité, j'ai seulement lu une quarantaine de pages d'extraits lorsque que je l'avais étudié en licence de sciences humaines et ne j'avais pas trouvé ça super technique au niveau du droit (même si je sais qu'il était juriste). Après c'est ptet aussi qu'ils avaient sélectionné pour nous les passages relatifs à la société, aux changement des moeurs, des représentations sociales, etc. Excellent bouquin en tout cas, je souscris totalement à ton opinion malgré que je n'en aie qu'une connaissance superficielle.
J'ai grossi un peu le trait, mais la première moitié du bouquin décortique les institutions américaines dans le détail, afin de monter en quoi leur système est une forme d'aboutissement de la démocratie. C'est pas vraiment pointu, juste assez exhaustif.
Les passages "croustillants", moins centrés sur les US, qui ont sans doute fait la notoriété de l'oeuvre et sa persistence, arrivent vers la fin. Mais je ne sais pas comment ils ont fait la sélection dans les cours que tu as eus.


Je lis aussi toujours avec attention ce qui se raconte ici. Je comptais taper dans les classiques russes un de ces jours justement, donc les avis du dessus tombent bien (j'allais partir sur Tolstoï un peu au pif, mais Les Frères Karamazov ont l'air d'être davantage ma came d'après le résumé).
And long ago I stopped asking why
Avatar de l’utilisateur
Prickly Angler
Joystick d'or 2016
Messages : 536
Inscription : 21 févr. 2017, 02:00

Disons qu'ils avaient sélectionné des passages où Tocqueville parle de comment les américains se sentent égaux, du mouvement démocratique qui lui semble inéluctable et dont il pense qu'il vaut mieux s'inspirer. Franchement j'avais bcp aimé les textes et c'est un de ces bouquins qui trainent dans ma bibli depuis un bail et qu'il faut que je lise.

Et ouais pareil je trouve ça cool de parler de bouquins entre shmupeurs. J'ai noté toutes des recommandations Game Over merci beaucoup. J'ai lu un bout des Frères Kamarazov (le grand inquisiteur) et j'ai trouvé ça vraiment intéressant. Il y aussi un poème très court et très beau de Pouchkine que j'avais appris par coeur en cours de de russe (je l'ai même récité au club des poètes je kiffe Tokyo Hotel.), Я вас любил (Je vous aimais). Tout simple mais hyper touchant. D'après mon ancienne prof l'oeuvre de Pouchkine est moins connue que celle des autres grands car elle tend plus vers la poésie et que forcément c'est jamais simple à traduire. Aussi elle nous avait dit que Pouchkine avait a lui tout seul beaucoup contribué à modifier la langue russe.

Concernant l'antiquité j'aime beaucoup Eschyle dont j'ai lu les oeuvres complètes (du moins ce qu'il en reste... :( ) qui sont assez courtes. C'était un auteur de théâtre, et le plus ancien des tragiques dont on ait une trace. De manière générale ses oeuvres n'ont pas vraiment de scénario, il s'agit beaucoup de lamentations, de danse, des chants, le tout avec pour but la célébration de la cité et des dieux. Je ne dirais pas que c'est difficile mais ce qui peut poser problème c'est la forme, et le fait que la plupart des références ne sont pas évidentes pour un lecteur du 21ème siècle (du moins pour moi). En revanche c'est magnifique, et très court. J'aime aussi beaucoup Sophocle et Euripide mais je les connais beaucoup moins. J'ai en revanche eu la chance de voir Électre/Oreste d'Euripide dans une mise en scène absolument terrifiante à la Comédie Française l'an dernier, incroyable :aaah:
Pour Bret Easton Ellis
Je me souviens qu'un jour à Coin-OP elle m'avait parlé de lui comme du messie.

Et ouais pareil je trouve ça cool de parler de bouquins entre shmupeurs :binouze2: :binouze2:
WARNING !! A HUGE BATTLESHIP PRICKLY ANGLER IS APPROCHING FAST : https://www.twitch.tv/prickly_angler
raisonnable
King Fossile
Messages : 10812
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Alors ce n'est pas du tout mon genre d'acheter ce genre de livre/revue (même si le sujet m'interpelle au départ), mais après avoir parcouru un article favorable sur Mediapart, je me suis laissé tenter. La thématique semble avoir été traitée avec beaucoup de sérieux, d'analyse et en dehors des standards du sensationnel, donc ça ne peut qu'être très intéressant.

http://editions.ehess.fr/revues/numero/ ... -de-lutte/

Seul petit hic symbolique : passer en direct est fastidieux, du coup je l'ai commandé à la fnac...
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Prickly Angler
Joystick d'or 2016
Messages : 536
Inscription : 21 févr. 2017, 02:00

La thématique semble avoir été traitée avec beaucoup de sérieux, d'analyse et en dehors des standards du sensationnel
D'un côté c'est l'EHESS, vu le prestige de cette institution (méritée selon mes deux amis qui y sont) c'est normal que ce soit de meilleure qualité que toutes les conneries racontées par la presse !
WARNING !! A HUGE BATTLESHIP PRICKLY ANGLER IS APPROCHING FAST : https://www.twitch.tv/prickly_angler
Répondre