la séquence du spectateur

Discussions générales ou hors topic pour les membres de la communauté. Les consommations ne sont pas incluses dans le prix, et on ne drague pas la serveuse merci.

Re: la séquence du spectateur

Messagepar raisonnable » 21 Août 2018, 23:19

Vite fait les quelques films que j'ai vu au cinéma ces dernières semaines :

Au poste! de Quentin Dupieux, avec un Benoît Poelevoorde enfin revenu au meilleur de lui-même, comme à la bonne époque de "C'est arrivé près de chez vous". Le film est court, en quasi huit clos, absurde jusqu'à son final, de l'absurde de l'absurde et encore de l'absurde quoi!!

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 52378.html


Une pluie sans fin, un polar chinois par temps pluvieux, pour faire simple. Les images sont superbes, surtout la course poursuite dans la vieille usine désaffectée, la narration est lente et prenante, mais le film déçoit un peu dans son aboutissement je trouve, il manque la puissance attendue. Ceci étant, les dérives du jusqu'au boutisme sont bien retranscrites, c'est fou comme l'on peut devenir moche quand on poursuit un idéal...

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 63303.html


Under the silver lake, un film ovni que je ne saurai décrire! Totalement farfelu, le scénario se construit autours de paranoïas successives, d'histoires et contes pour adolescents, sauf que tout se vérifie à mesure que le héros sous bédo avance dans son enquête. L'univers qui s'en dégage est jouissif, immature et fatiguant, c'est n'importe quoi de bout en bout et ça fait du bien.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 47319.html


Happiness road, un dessin animé taiwanais. Une jeune femme enceinte retourne dans son Taipei natal, qu'elle a quitté pour s'installer à New York. Les flux de souvenirs d'enfance reconstituent son histoire et son rapport à la famille ainsi qu'à sa terre, à un moment où toute fragile, elle hésite sur ses choix d'avenir. Très touchant et singulier.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 64332.html


Woman at war, un film islandais et militant! On suit la double vie d'une quinquagénaire professeure de chorale, devenant la saboteuse la plus recherchée du pays. Sa cause écologique et les questions auxquelles elle ouvre par ses actions sont manipulées et tordues par les politiques et les médias, mais elle ne lâche rien malgré l'étau qui se resserre de plus en plus...

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_g ... 57385.html


Le monde est à toi, film français de Romain Gavras. L'histoire d'un petit dealer trop scrupuleux, encore dans les jupes de sa mère ultra-criminelle, qui essaye de se refaire grâce à un coup dix fois trop gros pour lui. Belle mise en scène, scénario qui tient la route dans ses rebondissements, gros casting avec des acteurs qui se la donnent (Adjani au top de la troupe), de l'humour, du rythme, un film français comme on en voit jamais et qui fout la pêche! Je me demandais si Romain Gavras sortirait un jour un vrai film patate, au delà des géniaux mais immatures "Kourtrajmé" et des clips coup de poing qu'il avait réalisé pour le "113 clan" et "Justice"... c'est maintenant fait, bravo à lui!

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_g ... 55993.html


Dogman, un film italien très très noir. Le héros, ou plutôt le anti-héros, est un petit mec malingre, un pied en dehors de la loi, père divorcé, qui trouve son équilibre grâce à son commerce de toiletteur canin. Il est victimisé par le psychopathe du bled, un gros malabar sans limites qui s'en prend à quiconque ne cède pas à ses caprices. Descente aux enfers inside...

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 55466.html


Arythmie, un film russe. L'histoire d'un couple en crise qui s'achemine vers le divorce, et de leurs déboires professionnels, tous les deux étant médecins urgentistes dans un hôpital. Le gars part à fond dans l'alcool, la nana ne le supporte plus, ayant l'impression de ne plus avoir accès à la bulle dans laquelle il se réfugie. Dans le même temps, le service d'urgence se réforme, subissant la démolition bien contemporaine de politiques guidées par la gestion, la rationalisation et les économies au détriment des valeurs humaines et professionnelles. Un film discret qui tape juste, tant dans l'évolution des sentiments que du combat ordinaire.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 56834.html
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
raisonnable
King Fossile
 
Messages: 10037
Inscrit le: 02 Sep 2008, 13:26
Localisation: une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 31 Août 2018, 15:36

Hier soir j'ai regardé le film Ghost in the Shell, avec Scarlett.
Les critiques n'ont pas été tendres, perso je l'ai trouvé pas mal, un peu lent (mais moins que l'anime), mais bien réalisé (même si l'univers aurait pu être plus vivant, moins relégué au second plan).

Un bon petit film.
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Alec » 03 Sep 2018, 11:40

Après c'est sûr que le film additionne les maladresses, perso je l'ai trouvé beau graphiquement, même scarlett est bien dans le rôle je trouve (enfin elle fait le job)!

Ils se sentent obligés d'expliquer pourquoi millia killian est blanche au lieu d'être asiatique (motoko kusanagi), ils se sentent obligés aussi d'expliquer pourquoi bato a des yeux cyborg, c'est mon problème avec les adaptations d'animes ou de jeux, le spectateur DOIT tout savoir (comme le reboot de tomb raider, idem on explique tout et c'est looouuurd)

Perso avec ghost in the shell, le gros problème que j'ai avec ce sont les films de oshii qui proposent une vision quasi dépressive du major "la...poupée de cire inexpressive qui cherche le pourquoi de son existence".....

J'adore ces deux films mais quand on lit le manga ou quand on suit l'anime S.A.C, ce personnage fait très humain, très pro mais n'est pas dénué d'humour ou même de faiblesses et ce n'est en aucun cas un être désincarné et inexpressif.
C'est dommage que le réalisateur en plus se plante en piquant l'idée de oshii, l'adaptant en prétextant un simple effacement de mémoire (qu'elle cherchera bien naturellement à combler)

Donc, plus globalement il ne va ni dans la direction de shirow (action, politique, humour, sex), ni dans celle de oshii (mélancolie, nostalgie, lenteur contrôlée et introspection) pour mieux se diriger à toute vitesse avec son foodtruck vers le seul chêne présent sur le champ.... :D


Bref, j'ai passé un bon "petit" moment mais sans plus....
C'est dommage car visuellement ils ont bien bossé, le film assure à ce niveau là je trouve et propose de bons contrastes, entre des scènes très lumineuses dans les labos et chez les flics et au contraire des passages très sombres, rouges ou bleus, dans des endroits bien crades, ça j'ai aimé j'avoue, j'ai trouvé ça cohérent !
toutes vos bases nous appartiennent à nous !
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
 
Messages: 14470
Inscrit le: 12 Juil 2004, 17:04
Localisation: nstc-j

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 04 Sep 2018, 23:21

Tout comme toi Alec :)
Et ls animes sont beaux, mais j'avoue m'être endormi devant le 2 au ciné!
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shadow gallery » 06 Sep 2018, 19:39

Une séquence que je trouve absolument géniale dans le film Spiderman 2 de Sam Raimi.
Des moments de bravoure chez le tisseur il y en a en pagaille mais celui-ci est vraiment fabuleux car on y sent une chorégraphie millimétrée et une mise en situation parfaite. Le personnage est TOTALEMENT respecté par rapport à la bande dessinée, je dirais même magnifié.
Il y a tout là dedans pour mesurer la classe, la noblesse, l’abnégation, la grâce des mouvements de l’homme araignée. C’est dément de voir comme dans un contexte aussi sensible, avec autant de victimes innocentes potentielles Spiderman se démène et fait tout pour préserver les vies humaines sachant qu’il n’est pas Superman. C’est ça qui est génial, Spiderman montre ses limites, il est faillible, humain, il peut perdre la partie.
La séquence commence juste au moment où Spiderman fait son retour dans le film alors qu’il traverse une période de doute et qu’il a même jeté l’éponge.
Le mettre en face à face avec Docteur Octopus au sommet de la tour pour les faire redescendre et prolonger le fight sur le métro mais quelle idée de génie … tellement beau et classe.
A noter qu’ici il s’agit de la séquence avec des scénettes bonus, version Spiderman 2.1.

Spidey " Où est-elle " ? (Mary Jane)
Doc Octopus : " Elle va bien… Et maintenant si on causait ? "

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
Shadow gallery
Professional Cardboard
 
Messages: 7342
Inscrit le: 21 Sep 2010, 18:48

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Lyv » 17 Sep 2018, 04:04

Allez tiens, ça faisait longtemps.

The Shape of Water (La Forme de l'Eau, 2018)
Celui-là m'a un peu surpris (pas trop envie de spoiler l'histoire, du coup), je m'attendais à quelque chose de plus fantasmagorique. Mais l'esthétique du film était très appréciable, un mélange de béton-grisâtre-guerre-froide, de vieux bâtiments en bois délabrés, et une petite touche de fantastique, le tout dans une Amérique qui sent bon les années 50. Belle interprétation, avec des personnages très bien rendus (en particulier le perso principal et l'odieux connard qui sert de méchant en chef). Le fantastique n'est qu'un détail du film, qui donne davantage dans le thriller en mode politico-espionnage, dans laquelle les héros dénotent un peu et se retrouvent embarqués. Un très bon moment.


A Quiet Place (Sans un bruit, 2018)
Du pseudo-post-apocalyptique, où les humains survivent sous la menace de super-prédateurs uniquement dotés d'ouïe. J'ai bien aimé l'idée de départ, qui, à défaut d'être monstrueusement originale, était suivie de manière assez logique pour dépeindre une réalité cohérente et oppressante. Après, c'est gâché par les grosses ficelles des mauvais films d'horreur, où on voit venir ce qui va se passer et qu'on a envie de filer des baffes aux personnages. Quelques scènes intéressantes passé le début et une tension réussie dans les moments...ben, tendus...mais rien de transcendant, et une fin au rabais. Dommage, ça aurait pu être bien.


Au Poste ! (2018)
Je rejoins à peu près l'avis du dessus. C'est plutôt compréhensible pour du Quentin Dupieux (sauf la fin, mais bon, c'est une tradition je crois chez lui). J'ai trouvé l'humour très réussi, c'est rare que je me poile au ciné pourtant. Du bon !


Le Monde est à toi (2018)
Eh ben merci d'avoir insisté sur celui-là, raiso, je serais sans doute passé à côté. De Romain Gavras je n'avais vu que "Notre jour viendra", que j'avais beaucoup aimé à l'époque. Celui-là donne un peu dans le même registre, avec des personnages totalement improbables, attachants et humains, une belle bande de ratés/paumés qui essaient de se sortir des situations wtf dans lesquelles ils se mettent. Le résultat est drôle et très prenant. Juste le personnage principal qui dénote un peu dans le casting, vu que c'est un peu le seul qui a l'air sérieux...mais ça ne m'a pas frappé pendant le visionnage, donc c'est du détail je suppose.


Un homme qui dort (1974)
Adaptation cinématographique d'un roman de Georges Perec, l'histoire d'un étudiant qui décide de se couper du monde, de ne plus travailler, plus étudier, plus rien faire et mener une existence végétative à regarder les failles dans le plafond de sa chambre. Je m'attendais à du "trop-contemplatif-pour-moi", vu que c'est du noir et blanc avec seulement une voix-off en guise de dialogues. Et pourtant, j'ai été happé par le film et le voyage existentiel qu'il propose, merveilleusement orchestré dans son rythme, son point d'orgue et sa conclusion.
Brillant et fortement recommandé.


Playtime (1967)
On continue dans le vieux.
Plusieurs histoires emmêlées, entre un groupe de touristes ricains en vadrouille et un type lambda qui va à un rendez-vous. Les situations sont normales au début, et deviennent progressivement tordues et improbables, pour finir proches de l'absurde. Les décors et l'ambiance sont impressionnants (surtout pour l'époque), et traduisent une inquiétude quant à la place et le devenir de l'homme dans une société futuriste. Excellent.


Rébellion (je-vous-passe-le-nom-en-japonais, 1967)
A l'époque des shoguns, un samurai refuse d'obéir aux ordres de son seigneur afin de protéger sa femme. Très intéressant pour les jeux de pouvoir et d'influence, dans lesquels les sentiments passent au second plan de manière forcée. Une réalisation impeccable, des personnages étonnamment modernes pour l'époque, et un aspect tragique et noble qui se révèle petit à petit pour finir sur une dernière demi-heure très intense.
Sans doute moins brillant que Harakiri, mais ça reste très bon.


Ohikkoshi (Déménagement, 1993)
La séparation de ses parents vue par une gamine de 10 ans, qui va essayer de les réconcilier et de vivre avec les implications pratiques du divorce. C'est assez triste dans le fond, avec les bêtises des adultes qui amènent les enfants à faire des bêtises, l'insouciance de l'enfance qui est pourrie par les réalités et les imperfections du monde. C'est assez beau et très sincère ; une belle découverte.


Fehérlófia (Son of the White Mare, 1981)
Adaptation en cinéma d'animation d'un conte populaire hongrois. Le voyage fantastique du fils d'une jument divine, qui va venger les injustices qui lui ont été faites. Bon, pour le scénario, c'est du conte, donc voilà.
Mais alors, pour l'animation, c'est une merveille. Les couleurs, les graphismes, l'univers onirique et fantasmagorique, les formes qui se mélangent et se métamorphosent. Après, c'est souvent assez symbolique, peut-être trop détaché d'un contexte familier ou reconnaissable pour qu'il soit possible de tout saisir. Ça reste un voyage hallucinant et presque hypnotique, qui vaut largement le coup d’œil.
Avatar de l’utilisateur
Lyv
Mister Beam
 
Messages: 953
Inscrit le: 02 Août 2013, 09:59
Localisation: 精神と時の部屋

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Alec » 17 Sep 2018, 16:19

Hmmmm j'ai vu dans un registre plus joyeux (quoique)
"Naked weapon"
Des nanas enlevées et entrainées depuis l'enfance pour devenir des tueuses à la solde d'une organisation motivée par le blé menée de main de maitre par lady M (maggie Q)....

Le film commence vraiment bien, les paysages sont beaux et ça fight en minishort kaki, mais ensuite ça devient n'importe quoi, les combats sont complètement ridicules et soutenus par des bruitages bien pourris, l'histoire se noie assez vite et les personnages passent de travaillés à très creux finalement......bref, un bon gros nanard à éviter !!!

Surtout qu'elles sont pas si nues que ça les "naked weapons ", elles sont belle et bien habillées et plus la fin approche plus elles le sont.....*_*
Le concept évoqué dans le titre était bon, dommage....

Amis pervers bonsoir !
toutes vos bases nous appartiennent à nous !
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
 
Messages: 14470
Inscrit le: 12 Juil 2004, 17:04
Localisation: nstc-j

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 17 Sep 2018, 16:36

J'ai vu récemment La ch'tite famille.
Petite comédie familiale, caricaturale (ça grossit les traits pour le côté humoristique), mise en scène bof (on se demande par exemple pourquoi soudainement il retrouve la mémoire), mais l'idée initiale n'était probablement pas d'en faire un grand film. Ça se laisse regarder, malgré quelques passages gênants. A noter qu'il y a du Pierre Richard dedans, et qu'une fois n'est pas coutume Boon a une femme ravissante :)

Sinon Kaamelott, je m'étais arrêté au livre IV il y a quelques années, ça ne me tentait pas d'explorer les livres V et VI, en format long (50 min/épisode) et dont le ton sérieux tranche drastiquement avec le côté humoristique, mais finalement j'ai accroché, je suis en cours de visionnement du livre VI.

Si ça vous intéresse tout est sur YT, posté via le compte officiel de Kaamelott.
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shû Shirakawa » 17 Sep 2018, 20:18

On ne verra probablement jamais le film de Kaamelott.
A force de faire traîner les choses...

Il s'était passé la même chose avec le film de Babylon 5.

Rien qu'avec le vieillissement des acteurs, cela pose problème.
Jeux du moment : BioShock Infinite (PS3) / The Legend of Dragoon (PS)
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
 
Messages: 8969
Inscrit le: 29 Avr 2007, 11:28
Localisation: La Gias

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 17 Sep 2018, 20:58

Non à priori le premier des 3 films serait bien en préparation, même si le projet a été mis sur pause pendant plusieurs années.

https://www.franceinter.fr/cinema/kaamelott-le-film-pourquoi-l-attente-est-si-longue
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Hobbie » 17 Sep 2018, 21:44

En fait quand on regarde bien le livre V n'est réellement sérieux que sur son dernier tiers. Le reste du temps c'est exactement les même bouffonneries, c'est juste qu'il n'y a pas de découpes.

Pareil pour le VI, excepté que cette fois le ton ne se durcit pas autant.
De plus, c'est le livre qui a le plus beau casting ! ^^
Avatar de l’utilisateur
Hobbie
Counter Stop
 
Messages: 5525
Inscrit le: 07 Fév 2010, 01:21
Localisation: Theâtre des Astres

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shû Shirakawa » 18 Sep 2018, 00:21

Mortipoil a écrit:Non à priori le premier des 3 films serait bien en préparation

3 films ?
Cela me semble totalement irréaliste.
Qu'ils réussissent déjà à pondre le premier.

C'est un peu comme Shenmue hein. Quand ils ont commencé à en parler dans Famitsû on évoquait genre une douzaine d'épisodes. Puis c'est passé à sept, puis à trois, puis... vous connaissez la fin de l'histoire.

Non franchement même si je suis (j'étais ?) fan de cette série (les jeux de Perceval me feront toujours mourir de rire), Astier aurait déjà du en finir avec depuis trop longtemps, pour pouvoir pleinement passer à autre chose d'une part, et d'autre part pour rester dans la lancée.
Battre le fer tant qu'il est chaud, toussa toussa.

Pour moi, déjà il n'y avait qu'un film, qui aurait fait office de livre final. Mais là avec ces histoires de trilogie j'ai encore plus peur qu'on n'en voie jamais le bout.
Jeux du moment : BioShock Infinite (PS3) / The Legend of Dragoon (PS)
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
 
Messages: 8969
Inscrit le: 29 Avr 2007, 11:28
Localisation: La Gias

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 18 Sep 2018, 01:28

Il semblerait que ce soit une histoire de droits dans un premier temps, puis de financement dans un deuxième temps.
Tant qu'à faire un film, maintenant qu'Astier n'a plus de problèmes de droits, il veut faire qqchose de correct, avec un budget en conséquence, et pour l'instant, avec son scénario rédigé, il n'aurait pas encore les moyens de ses ambitions.

Mais effectivement le Livre VI c'était en 2009, Kaamelott c'est le Shenmue français :D
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Aldherrian » 18 Sep 2018, 11:28

Il me semble qu'il avait aussi expliqué vouloir réaliser d'autres films avant afin d'être suffisamment bon à son goût en tant que réalisateur pour pouvoir faire les films comme il l'entend.
Mais bon, je suis pas un fan hardcore mais de mon côté, j'attends pas vraiment que le truc soit pondu et je partage la méfiance à l'annonce des trilogies quand rien n'est réalisé (coucou l'annonce de Star Wars 10/11/12 avant même d'avoir sorti le 8)
Parfois je regarde des animes et parfois j'écris des articles musique ici
Avatar de l’utilisateur
Aldherrian
Dieu de la Borne
 
Messages: 1939
Inscrit le: 09 Mai 2014, 23:44
Localisation: Bretagne

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Hobbie » 18 Sep 2018, 16:51

Oui, c'est bien une trilogie qui est annoncée. Astier étant un très grand fan de Star Wars justement, le choix semble cohérent.
Par contre il a bien précisé que le jour où la machine sera lancée, il en aura pour un bonne décennie (au moins !). :D

coucou l'annonce de Star Wars 10/11/12 avant même d'avoir sorti un épisode 7 digne de ce nom


Fixed ! :D
Avatar de l’utilisateur
Hobbie
Counter Stop
 
Messages: 5525
Inscrit le: 07 Fév 2010, 01:21
Localisation: Theâtre des Astres

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Alec » 19 Sep 2018, 14:11

Shû Shirakawa a écrit:Pour moi, déjà il n'y avait qu'un film, qui aurait fait office de livre final. Mais là avec ces histoires de trilogie j'ai encore plus peur qu'on n'en voie jamais le bout.



Le problème est que la plupart du temps un film dérivé sors à la fin de vie d'un concept, là ou les fan les plus hardcore sont accro et là où les masses commencent à décrocher !


C'est arrivé sur camera café (oui bon, on aime on aime pas) et le film espace détente était assez décevant, proche des personnages mais en même temps très éloigné avec une histoire un peu débile et l'enrobage de gags autour qui faisaient office de mélasse !

J'espère qu'ils se planteront pas pour les aventures du roi et de ses fidèles....


Après c'est pas forcément facile de transposer une série au ciné sans tomber dans les travers du spectaculaire, des scènes de guerre et de l'action, alors que kaamelot repose sur ses personnages et surtout sur ses dialogues !
En voulant bien faire j'ai bien peur qu'ils se plantent ...
toutes vos bases nous appartiennent à nous !
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
 
Messages: 14470
Inscrit le: 12 Juil 2004, 17:04
Localisation: nstc-j

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shû Shirakawa » 19 Sep 2018, 16:12

Au niveau du scénario, des dialogues et compagnie, j'ai totalement confiance en Astier et ses auteurs.
Même dans la "précipitation" ils nous auraient pondu un truc valable, intéressant et drôle (même si c'était devenu très sérieux à la fin avec des thèmes très lourds pour la série, comme le suicide ou la stérilité).

Comme tu le dis, les masses décrochent. Et neuf ans plus tard (enfin plus du coup même, le temps que cela sorte), elles n'en auront vraiment plus rien à secouer.

On avait eu le débat sur le forum de Sugoi à l'époque. Tu as des jeux mythiques dont tu voudrais une suite/séquelle, mais avec le temps qui s'écoule, elle sortirait dans l'indifférence totale. Un vrai Phantasy Star V, un vrai Shining Force IV, tout le monde aurait signé. Cela sort demain, qui va l'acheter ? Plus grand monde. C'est trop tard.
Jeux du moment : BioShock Infinite (PS3) / The Legend of Dragoon (PS)
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
 
Messages: 8969
Inscrit le: 29 Avr 2007, 11:28
Localisation: La Gias

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Cormano » 19 Sep 2018, 16:36

Contre-exemple : Shenmue III a fait un énorme Kickstarter.
Nice poulet ! You are goulette !
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
 
Messages: 7271
Inscrit le: 22 Mai 2003, 16:26
Localisation: Nantes

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shû Shirakawa » 19 Sep 2018, 17:57

On verra quand il sortira, question ventes. ;)
Encore une fois, à la sortie du II tout le monde était fou, tout le monde voulait la fin de l'histoire. On s'en moquait même que cela ne sorte pas sur Dremcast. Mais aujourd'hui...

On ne compte plus les déceptions côté kickstarter...
Cela part d'une bonne intention mais faut voir le résultat (quand ce n'est pas abandonné ou repoussé jusqu'à la fin des temps).
Jeux du moment : BioShock Infinite (PS3) / The Legend of Dragoon (PS)
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
 
Messages: 8969
Inscrit le: 29 Avr 2007, 11:28
Localisation: La Gias

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Cormano » 19 Sep 2018, 18:43

Justement : dans ta réflexion, c'est l'attrait de l'idée d'une suite que tu considères, pas sa qualité intrinsèque. Donc c'est le Kickstarter qu'il est intéressant de prendre en compte et non les ventes à la sortie, qui seront conditionnées par les tests.
Nice poulet ! You are goulette !
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
 
Messages: 7271
Inscrit le: 22 Mai 2003, 16:26
Localisation: Nantes

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Alec » 19 Sep 2018, 19:48

Shû Shirakawa a écrit:Au niveau du scénario, des dialogues et compagnie, j'ai totalement confiance en Astier et ses auteurs.
Même dans la "précipitation" ils nous auraient pondu un truc valable, intéressant et drôle


Idem oui je pense aussi.... si c'est Astier qui tient les rennes y a pas de raisons que le ton ne soit plus là !



@ cormano, pour shenmue III j'avoue :D
Mon meilleur ami m'en parle tout le temps dès qu'on se voit :D "et si.... et puis ça ???? et pourquoi pas ça ?

Là il se refait le II remaster et finalement à force d'en parler il m'a donné envie de le refaire (le 2) :D





Shû Shirakawa a écrit:Tu as des jeux mythiques dont tu voudrais une suite/séquelle, mais avec le temps qui s'écoule, elle sortirait dans l'indifférence totale. Un vrai Phantasy Star V, un vrai Shining Force IV, tout le monde aurait signé. Cela sort demain, qui va l'acheter ? Plus grand monde. C'est trop tard.



:ouin: :ouin: :ouin: thunderforce....... :ouin: :ouin: :ouin: :ouin:
toutes vos bases nous appartiennent à nous !
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
 
Messages: 14470
Inscrit le: 12 Juil 2004, 17:04
Localisation: nstc-j

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shû Shirakawa » 20 Sep 2018, 11:27

Cormano a écrit:Justement : dans ta réflexion, c'est l'attrait de l'idée d'une suite que tu considères, pas sa qualité intrinsèque. Donc c'est le Kickstarter qu'il est intéressant de prendre en compte et non les ventes à la sortie, qui seront conditionnées par les tests.

Disons que comme le premier public reste celui qui a fait les épisodes précédents, l'attrait disparait au fil du temps. Entre la vie que les joueurs mènent, et la passion pour telle ou telle licence qui s'amenuise, cela prend plus des airs de déterrage qu'autre chose.
Sortir une suite juste pour le principe, juste pour faire plaisir, des années (on pourra bientôt dire des décennies), cela ne m'enchante pas du tout. Je préfère laisser reposer les morts.
Après bien sûr si le miracle se produit, et qu'on a un vrai bon troisième épisode, j'en serai le premier ravi hein. Mais je n'y crois pas vraiment...
Je compte quoi qu'il arrive rejouer aux deux premiers sur PS4.:)
Jeux du moment : BioShock Infinite (PS3) / The Legend of Dragoon (PS)
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
 
Messages: 8969
Inscrit le: 29 Avr 2007, 11:28
Localisation: La Gias

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 25 Sep 2018, 23:29

Le trailer de Nicky Larson (pas City Hunter), film français qui sortira en février 2019, est disponible.

Je n'ai pas osé regarder.
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar raisonnable » 27 Sep 2018, 23:35

Trois films que j'ai apprécié ces dernières semaines au cinéma :

Sauvage

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 64088.html

Un film "dans ta gueule" comme je les aime : cru, choquant, dérangeant, à vif, sensible mais jamais larmoyant. C'est l'histoire d'un gars d'une vingtaine d'années, qui se prostitue aux abords d'un bois en compagnie d'autres tapins pour mecs, dort dans la rue la plupart du temps, s'alimente aussi mal qu'il prend soin de son hygiène et de sa santé, se drogue. Bref, que du positif. Il dénote par rapport à ses acolytes, parce qu'il accepte d'être embrassé sur la bouche pendant les passes, voire il en redemande. Comme lui dit un de ses collègues : au fond, à travers sa prostitution, c'est l'amour qu'il recherche. Un beau film pas toujours facile à encaisser.


L'amour est une fête

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 55059.html

L'histoire de deux flics qui montent une affaire bidon de bar à striptease, pour infiltrer le milieu et faire tomber du gros bonnet mafieux, et qui prennent goût à cette vie illuminée par les paillettes du monde professionnel du sexe. Gilles Lelouche et Guillaume Canet incarnent bien les deux protagonistes, surtout Canet que je ne peux pas sentir d'habitude. Le film se laisse bien voir et il ressort un quelque chose de sympathique dans cette ambiance pourtant glauque dans ses bases.


Les frères Sister, de Jacques Audiard

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 40435.html

Un super western avec du gros acteur américain, dans lequel on suit deux (trois en fait) salauds à la gâchette rapide qui traquent une future énième victime pour le compte de leur commodore, sauf que le formidable secret de ce dernier et sa philosophie de vie vont chambouler les plans habituels. Le scénario est fluide dans son déroulement, les personnages forts, les images superbes, le rythme bien branlé, j'ai passé un bon moment! Décidément, Jacques Audiard est bel et bien un réalisateur de génie.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
raisonnable
King Fossile
 
Messages: 10037
Inscrit le: 02 Sep 2008, 13:26
Localisation: une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Lyv » 29 Sep 2018, 05:00

BlacKkKlansman (2018)
L'histoire plus ou moins vraie et sans doute très romancée d'un flic noir qui, d'après le pitch, "infiltre le Ku Klux Klan" à la fin des années 70. Alors déjà, le pitch fait assez racoleur, et ne décrit pas vraiment ce qui se passe dans le film. Dans l'ensemble, ça se laisse regarder ; l'interprétation est bonne, l'atmosphère 70's est bien rendue, les personnages sont hauts en couleurs, y'a quelques petites blagues pour alléger le propos. Mais au fond, c'est assez décevant, pour plusieurs raisons qui peuvent se réduire à un manque tragique de nuances et de subtilité. Les gentils sont gentils, les méchants racistes sont méchants, racistes et un peu cons, le réalisateur en profite pour en rajouter des tonnes sur le thème "Donald Trump il est aussi pas beau méchant que le KKK", et certaines scènes sont d'une naïveté presque embarrassante. Le pire étant peut-être que le film donne parfois l'impression de se diriger vers davantage de finesse, avec quelques ouvertures vers davantage de psychologie des méchants désignés, pour ensuite foutre tout ça à la poubelle illico et bien aseptiser tout le machin pour que rien ne dépasse.
Ce n'est pas un mauvais film, mais ça aurait pu être tellement mieux...


Ningen no Jôken (La Condition de l'Homme, 1959-1961)
Le titre est ambitieux. Le résultat aussi. C'est en noir et blanc et ça dure 9h30, découpé en 3 films (de deux parties chacun).
Dans le Japon du début des années 40, un homme voit ses convictions humanistes se heurter à la réalité de la guerre.
C'est brillant de bout en bout. L'interprétation est somptueuse, en particulier pour le personnage principal, qui se retrouve écrasé dans un système et un contexte profondément antagonistes à ses croyances, où chaque "erreur" minime qu'il commet amène des conséquences désastreuses. L'anti-militarisme n'est même pas, à mon sens, le sujet principal du film (sauf dans la deuxième partie), tant le "héros" se retrouve isolé, coincé dans l'intransigeance nécessaire de son système de valeurs, aussi éloigné de ses alliés que de ses ennemis. Au fil des épreuves, il change mais tente de conserver intact ses espoirs et son humanité, quand les autres abandonnent et révèlent les pires aspects de la nature humaine.
Il y aurait sans doute de quoi disserter pendant de longs paragraphes. En résumé, c'est un chef-d’œuvre.


Den-en ni shisu (Pastoral Hide and Seek, ou Pastoral : To Die in the Country, 1974)
Encore un bel OVNI.
Le passage à l'adolescence d'un garçon dans un étrange village rural, tel que visualisé par le réalisateur d'après ses souvenirs oniriques de jeunesse. C'est mystérieux, poétique, fantasmagorique et surprenant tout du long. Peut-être un peu inégal, mais certaines scènes sont magistrales et l'ensemble est fascinant dès les toutes premières minutes. Mention spéciale aux passages musicaux qui posent et entretiennent l'ambiance.
Avatar de l’utilisateur
Lyv
Mister Beam
 
Messages: 953
Inscrit le: 02 Août 2013, 09:59
Localisation: 精神と時の部屋

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Mortipoil » 29 Sep 2018, 06:01

J'éduque mes enfants avec Retour vers le futur (et ça me permet de les rerererereremater en même temps :)) .
Bon j'avoue que c'est pas évident pour des enfants de bien saisir les ramifications du scénario (surtout la fin du 2!), mais le principal c'est qu'ils aiment, et franchement qu'est-ce que c'est bon!

Là ou on va on n'a pas besoin de route 8)
ImageImageImage
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
 
Messages: 6443
Inscrit le: 06 Sep 2012, 18:14
Localisation: Criss de tabarnak

Re: la séquence du spectateur

Messagepar raisonnable » 01 Oct 2018, 23:06

Lyv a écrit:BlacKkKlansman (2018)
L'histoire plus ou moins vraie et sans doute très romancée d'un flic noir qui, d'après le pitch, "infiltre le Ku Klux Klan" à la fin des années 70. Alors déjà, le pitch fait assez racoleur, et ne décrit pas vraiment ce qui se passe dans le film. Dans l'ensemble, ça se laisse regarder ; l'interprétation est bonne, l'atmosphère 70's est bien rendue, les personnages sont hauts en couleurs, y'a quelques petites blagues pour alléger le propos. Mais au fond, c'est assez décevant, pour plusieurs raisons qui peuvent se réduire à un manque tragique de nuances et de subtilité. Les gentils sont gentils, les méchants racistes sont méchants, racistes et un peu cons, le réalisateur en profite pour en rajouter des tonnes sur le thème "Donald Trump il est aussi pas beau méchant que le KKK", et certaines scènes sont d'une naïveté presque embarrassante. Le pire étant peut-être que le film donne parfois l'impression de se diriger vers davantage de finesse, avec quelques ouvertures vers davantage de psychologie des méchants désignés, pour ensuite foutre tout ça à la poubelle illico et bien aseptiser tout le machin pour que rien ne dépasse.
Ce n'est pas un mauvais film, mais ça aurait pu être tellement mieux...


Ah moi je l'ai bien aimé, ce n'est effectivement pas le film du siècle mais j'ai beaucoup ri et contrairement à toi, je ne trouve pas que tous les protagonistes soient aussi caricaturaux que ça. Pour exemple, la plupart des flics blanc dans le commissariat sont racistes, mais pour autant la plupart d'entre eux ne sont pas dépeints comme des gros connards. A l'inverse, j'ai aussi trouvé ça bien que du coté des noirs, les militants soient sans nuance, ça donne bien l'idée que face à un contexte au bord de l'explosion, chacun choisisse son camp à en devenir aveugle et sans concession.

A part ça, je suis allé voir ce film pas plus tard que dimanche dernier :

Burning, un film sud-coréen.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 60398.html

Un gars d'une vingtaine d'années, fils d'un père agriculteur et accessoirement violent, pointe au chômage depuis qu'il a terminé ses études, il est solitaire et parait à coté de ses pompes, mollement guidé par la vocation d'écrire un roman. Il rencontre une fille de son village qu'il avait perdu de vue depuis le collège, qui est devenue une superbe jeune femme au caractère déluré. Elle flirte avec lui, demande qu'il s'occupe de son chat pendant qu'elle part en voyage en Afrique, couche avec lui la veille du départ. Il en tombe amoureux. Au retour de la belle, notre héros constate, amer, que cette dernière a rencontré un autre homme. Ce dernier est aux antipodes de lui : riche, plein d'assurance, apprécié de tous. Le ménage à trois tourne de plus en plus au désavantage du héros, et quand son amoureuse disparaît du jour au lendemain sans laisser de traces, il va la rechercher de façon obsessionnelle, au point de tout laisser tomber pour mener son enquête jusqu'à peut-être y perdre la raison...

Le film dure presque 2h30, et pas une seule minute je ne me suis ennuyé, voilà comme ça c'est posé. Toute y est passionnant : les personnalités, la peinture des rencontres et des relations, les dialogues, les silences, les sentiments et leur confusion, l'intrigue qui se noue peu à peu, les confidences, la quête poursuivie par le héros. Le final est terrible, parce que toutes les options restent ouvertes. Un sacré putain de bon film, j'ai hâte de le revoir!
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
raisonnable
King Fossile
 
Messages: 10037
Inscrit le: 02 Sep 2008, 13:26
Localisation: une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Cormano » 02 Oct 2018, 08:31

As-tu vu Oasis du même réalisateur que Burning ?
Nice poulet ! You are goulette !
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
 
Messages: 7271
Inscrit le: 22 Mai 2003, 16:26
Localisation: Nantes

Re: la séquence du spectateur

Messagepar raisonnable » 02 Oct 2018, 15:59

Bah merde, je n'avais même pas calculé que c'était le réalisateur du film Oasis, merci de l'avoir souligné!

Oui je l'avais vu à sa sortie en salle, d'abord avec ma femme puis avec un pote, ce film est tellement une tuerie, pour moi c'est le plus beau film d'amour jamais fait!!! Je l'ai d'ailleurs acheté en DVD et re-visionné il y a quelques mois, toujours la même bombe émotionnelle. Et quel jeu d'acteur incroyable de la part de la nana qui campe la polyhandicapée, c'est d'un niveau rarement vu.

En regardant sa filmographie, je me rend compte que j'ai également vu Secret Sunshine, Poetry et A girl at my door. Mais ils ne m'ont pas marqué plus que ça.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
raisonnable
King Fossile
 
Messages: 10037
Inscrit le: 02 Sep 2008, 13:26
Localisation: une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

Re: la séquence du spectateur

Messagepar Shû Shirakawa » 08 Oct 2018, 10:30

Vu L'Ombre d'Emily.
Bof, ce que ce certains présentaient comme le nouveau Gone Girl se sont quand même enflammés. On n'a pas la même intensité. C'est plus du Desperate Housewives (que j'apprécie) boosté pour le cinéma.
Jeux du moment : BioShock Infinite (PS3) / The Legend of Dragoon (PS)
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
 
Messages: 8969
Inscrit le: 29 Avr 2007, 11:28
Localisation: La Gias

PrécédentSuivant

Retour vers Au comptoir de la salle d'arcade

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)