la séquence du spectateur

Discussions générales ou hors topic pour les membres de la communauté. Les consommations ne sont pas incluses dans le prix, et on ne drague pas la serveuse merci.
Avatar de l’utilisateur
Radigo
Counter Stop
Messages : 6857
Inscription : 22 mai 2003, 16:31
Localisation : Paris
Contact :

27 août 2019, 09:30

Merci pour les spoiler...

Bah à l'instar de Boulevard de la mort où la première moitié du film ne sert QUE à faire monter la tension qui est libérée pendant toute la deuxième partie, ce perso n'est là QUE pour faire monter la tension, elle est naïve, jolie, touchante, on finit par s'attacher à elle et plus ça avance plus on se dit "merde c'est dommage ce qui va lui arriver". Et ça a parfaitement marché sur moi précisément parce que j'avais fait un cours de rattrapage d'Histoire juste avant.

Mais c'est plutôt couillu de miser un climax sur un élément aussi faiblard en effet car ça dépend beaucoup de la sensibilité du spectateur.
"HYPER GAGE : 500%"
Image
raisonnable
King Fossile
Messages : 10305
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

27 août 2019, 10:00

Ouais t'as raison pour le spoiler, tant pis pour les pertes actuelles mais j'ai sauvé les retardataires en balisant mon précédent texte.

Je pense que c'est surtout la façon dont on se représente un film qui va faire que le bat blesse, ou non. Pour moi, le problème n'est pas d'être préalablement informé de la réalité de cette histoire sordide, pour apprécier le final du film et la façon dont Tarantino l'amène. J'en connaissais les tenants et les aboutissants, et j'ai rapidement senti que le plantage de décor (auquel j'ai été insensible, ce qui n'aide pas) y serait lié.

Il n'empêche que je n'ai pas du tout adhéré, pour une simple raison : à mon sens, si un film décide de s'émanciper de la réalité (et c'est totalement le cas ici), alors il doit d'autant plus être bétonné et cohérent dans sa forme, afin d'être légitime en tant qu'oeuvre et histoire unique.

A partir du moment ou Tarantino décide de s'affranchir du réel, non seulement en introduisant des protagonistes fictifs qui donnent l'impression d'avoir impregné la culture américaine (ce qu'il fait magnifiquement avec ses deux personnages centraux, et là oui ça marche); mais aussi en proposant une telle alternative à la réalité que son final le prétend, alors l'ensemble doit être cohérent (j'insiste) et tenir debout, et non pas jouer sur la référence.

Pour faire plus clair (quoique...) : peu importe ce que l'histoire réelle nous apporte comme supplément. S'il est oeuvre de fiction, un film vit avant tout pour lui-même, émancipé de toute information extérieure. Et de fait, chaque personnage dans le film doit garder une place logique au regard de ce qu'il se passera et de l'importance qu'il occupe, pour le film et juste pour le film.

Bon, j'ai essayé de mettre au clair mon opinion sans spoiler davantage, l'exercice n'est pas simple vu le sujet!
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
raisonnable
King Fossile
Messages : 10305
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

11 sept. 2019, 11:35

Vu sur arte.tv hier, un film japonais totalement craqué!!! ça s'appelle Big Man Japan, on est dans un faux documentaire qui pastiche les films façon Godzilla et autres grands monstres dans la ville, et c'est tellement mais alors tellement n'importe quoi...et en même temps, c'est bien filmé et ça ne tourne pas en rond, voire le film pousse les limites du mauvais goût de façon talentueuse et jouissive!!

Il est donc visible sur arte.tv, et de toute façon j'ai trouvé un lien sur youtube, tentez l'aventure bordel il n'y a rien à regretter uh!uh!uh!


L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
rag
Radiant Silverpost
Messages : 1165
Inscription : 24 nov. 2010, 19:46
Localisation : Ille-et-Vilaine

11 sept. 2019, 20:02

OK, je viens de le regarder en entier, c'était… particulier ^^
Merci pour ce moment en tout cas (et merci à Arte pour leurs balls en titane :aaah: ), c'était très divertissant :D
raisonnable
King Fossile
Messages : 10305
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

12 sept. 2019, 11:05

Content que tu aies "apprécié" ce film hors norme!
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
psychogore
1 crédit c'est déjà trop
Messages : 2353
Inscription : 23 mai 2003, 08:04

12 sept. 2019, 11:17

Intéressant. Sous ses apparences de comédie transpire une certaine amertume sur un pays qui semble s'oublier sous l'influence extérieure. Très politique en fait.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10305
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

12 sept. 2019, 16:25

Ah lecture intéressante, je ne l'ai pas du tout regardé avec cet œil, trop esclaffé par le délire ambiant. Ce que j'ai relevé en revanche, c'est toute l’ambiguïté de l'opinion populaire, qui demande à être protégée tout en devenant tyrannique avec son protecteur.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
M.Knight
El Smarto
Messages : 2545
Inscription : 24 déc. 2010, 11:28

22 sept. 2019, 12:44

J'ai enfin regardé deux films que j'avais sur mon (très petit) backlog de films et notamment Office Space qui m'a complètement convaincu.

Office Space raconte l'histoire de Peter Gibbons, un salarymen dans une boîte américaine (Initech) à l'aube du second millénaire, qui subit tout le bullshit corporate qui va avec les jobs de ce genre : les cubicles, les managers, les process absurdes à respecter, le bruit permanent, la répétitivité des tâches qui lui sont imposées, les heures sup' forcées, etc.
Il ne peut pas blairer tout ça mais n'a jamais la volonté et la motivation de changer les choses. Suite à certains évènements, il décide de changer son état d'esprit et en quelque sorte de se "rebeller" contre cette absurdité.

Et c'est très très drôle. Déjà dès la première scène j'étais plié tellement les frustrations du travailleur sont représentées de façon très précise et comique. On sent une vraie authenticité dans les scènes et dans la satire de l'univers de l'entreprise. Et le film est rempli de scènes toutes aussi excellentes les unes que les autres.
Spoiler :
-Peter qui tente de s'échapper plus tôt Vendredi soir pour éviter son manager et les heures sup' du week-end qu'il va forcer. Voir le grand sourire sur son visage s'effondrer en un instant lorsqu'il tourne la tête et se rend compte que ledit manager est derrière lui, c'est priceless.
-La réunion avec les Bob où Peter explique sans stress ce qu'est vraiment son quotidien et à quel point il n'a aucun raison de se donner à fond pour la boîte. C'est le genre de scènes que devraient voir tous ceux qui adhèrent au bullshit managérial et corporate.
-L'hilarant upload du malware sur un des ordinateurs de la boîte tellement mis en scène et surjoué et à la fois super self-aware avec le "Well, that was easy" de la fin qui le conclut à la perfection.
-La serveuse Joana qui en a marre des guidelines bidon de son boss et quitte son taff en balançant un doigt d'honneur à tout le monde dans le resto'.
-Peter et ses deux collègues qui cherchent "Money Laundering" dans le dictionnaire et sont frustrés d'avoir foiré leur plan pour soutirer du cash en douce à Initech.
-Et bien sur, la scène de destruction de l'imprimante tellement satisfaisante et cathartique. C'est de loin le meilleur passage de tout le film. Avec des "Die motherfucker, die!" dans la musique en plus, c'est tellement parfait.
D'ailleurs, la soundtrack à base de gangsta rap est très bien choisie. C'est pas un genre qui me parle beaucoup habituellement mais le contraste avec le décor très éloigné du ghetto colle parfaitement, et encore plus quand on se rend compte que la musique reflète à fond la frustration et la colère interne que ressentent Peter et ses collègues.
Je recommande vivement! Pour un film de 1999, il reste vraiment d'actualité même si les disquettes et les cubicles ont laissé place au cloud et aux open space.

----

Sinon, du même réalisateur, j'ai regardé Idiocracy, qui imagine un futur dystopique où tout le monde est devenu bien plus stupide et abruti. Deux personnes pas particulièrement extraordinaires d'aujourd'hui y sont envoyés par mégarde et ils essaient de s'en sortir.

J'ai bien aimé la satire du corporatisme à l'extrême avec les marques omniprésentes, la propagande marketing et ses désastreuses conséquences, ainsi que la volonté de faire de tout un show spectacle à l'américaine, même pour des trucs très sérieux. Cela dit, j'ai trouvé la construction d' l'univers pas super solide/plausible, et puis les idiots sont un peu trop caricaturaux à mon goût (genre accent du sud des USA, vocabulaire et constructions de phrases préhistorique, etc.). J'imagine que c'est le concept justement, mais j'aurais peut être préféré plus de subtilité.

Après ça reste amusant, y a des bonnes scènes, c'est à voir. Mais à revoir, je ne sais pas trop. Peut être ai-je été un peu hypé par les remarques comme quoi le film est devenu réalité et que je me suis rendu compte qu'il y a quand même une sacrée différence, malgré quelques points communs.
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
Messages : 9130
Inscription : 29 avr. 2007, 11:28
Localisation : La Gias

22 sept. 2019, 15:52

M.Knight a écrit :
22 sept. 2019, 12:44
Sinon, du même réalisateur, j'ai regardé Idiocracy, qui imagine un futur dystopique où tout le monde est devenu bien plus stupide et abruti. Deux personnes pas particulièrement extraordinaires d'aujourd'hui y sont envoyés par mégarde et ils essaient de s'en sortir.

J'ai bien aimé la satire du corporatisme à l'extrême avec les marques omniprésentes, la propagande marketing et ses désastreuses conséquences, ainsi que la volonté de faire de tout un show spectacle à l'américaine, même pour des trucs très sérieux. Cela dit, j'ai trouvé la construction d' l'univers pas super solide/plausible, et puis les idiots sont un peu trop caricaturaux à mon goût (genre accent du sud des USA, vocabulaire et constructions de phrases préhistorique, etc.). J'imagine que c'est le concept justement, mais j'aurais peut être préféré plus de subtilité.

Après ça reste amusant, y a des bonnes scènes, c'est à voir. Mais à revoir, je ne sais pas trop. Peut être ai-je été un peu hypé par les remarques comme quoi le film est devenu réalité et que je me suis rendu compte qu'il y a quand même une sacrée différence, malgré quelques points communs.
Ah perso j'avais beaucoup ri pendant ce film, même si je suis d'accord avec toi, de là à le revoir, sans doute non.
Mais certains passages, comme celui de l'hôpital, sont énormes. Ou des petits détails à droite à gauche comme l'autoroute coupée mais les mecs vont tout droit quand même tellement ils sont débiles.
Jeux du moment : Assassin's Creed: Revelations (PS3) / Front Mission (SFC)
Avatar de l’utilisateur
M.Knight
El Smarto
Messages : 2545
Inscription : 24 déc. 2010, 11:28

23 sept. 2019, 20:33

Le plus énorme dans la scène de l’hôpital pour moi, c'est
Spoiler :
les espèces de machines à sous avec des "WIN FREE MEDICAL CARE" et les zombies en train de jouer dessus. C'est à la fois tellement stupide et y a quand même une sacrée critique qui se cache dedans je trouve. Mais tout le reste est excellent aussi!
En comparaison, les scènes comme celle de l'autoroute sont très amusantes aussi mais il manque un second niveau de lecture pour que j'apprécie la blague autant que certaines autres du film qui mélangent plus habilement satire et débilité.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10305
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

10 oct. 2019, 23:24

De belles découvertes au cinoche ces derniers jours :


Bacurau

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 47818.html

Dans un coin paumé du Brésil se trouve un petit village replié sur lui-même, dans lequel les habitants vont se rendre compte qu'il a disparu des images satellites. Des étrangers antipathiques y passent en moto, un ovni drone se promène allègrement dans les airs, le réseau de téléphone ne fonctionne plus, des meurtres sont commis dans les environs...ça pue. Mais les habitants ne sont pas les victimes désignées...

Ce film est jouissif, d'autant plus qu'on ne le voit pas venir, mais alors pas du tout!! ça commence en étude anthropologique des mœurs dans un petit bled coupé de tout, à l'occasion de l'enterrement de sa matriarche. Puis ça vire dans une tension insidieuse car le thriller diffuse son odeur par brises. Enfin, ça part en couilles et les méchants vont passer un bien mauvais moment. Une tuerie!!!


Port Authority

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 64843.html

L'histoire d'un gars de Pittsburgh, âgé d'à peine 20 ans, qui sort de prison, bénéficiant d'une conditionnelle. Il doit retrouver sa demi-soeur, qu'il ne connait pas, à New York, afin que celle-ci lui offre une solution de prise en charge pour l'aider à rebondir. Sauf qu'elle n'est pas là le jour du rendez-vous. En pleine galère, le gars va être aidé par un mec un peu plus vieux, qui va le prendre sous son aile sans le sortir totalement de la précarité. Dans un quotidien austère entre boulot de merde et hébergement dans un centre, le plaisir de vivre se fera grâce à une rencontre amoureuse avec une belle fille...jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'elle est une trans.

Au delà de la très joli histoire d'amour, ce film apporte un regard marginal sur les marginaux avec un grande acuité et beaucoup de talent, ainsi qu'une belle âme.


Enfin, j'ai vu Portrait de la jeune fille en feu

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 65621.html

Au 18ème siècle, une artiste peintre est chargée de faire le portrait d'une jeune femme de son âge, mais sans que celle-ci ne s'en rende compte. Pour cela, elle lui est présentée comme une dame de compagnie. Une amitié se noue entre les deux femmes, avant de basculer dans des sentiments plus troubles.

Encore une superbe histoire d'amour, cette fois entre deux femmes. Typique du genre de film où il se passe peu de choses dans le concret, mais où le temps passe vite tant l'observation des sentiments et des émotions y est précieuse et intense.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
Messages : 6642
Inscription : 06 sept. 2012, 18:14
Localisation : Moose VS Beaver

13 oct. 2019, 03:05

Ça : chapitre 2 : très sympa, malgré la durée, je ne me suis pas ennuyé.
Par contre hormis une scène un peu gore au début, le jeu verse plus dans le comique que dans l'horreur. En tout cas rien pour faire frissonner dans le film, c'est très gentillet et parfois grotesque.
À noter la fin quand même très décevante.

Joker : excellent. Un peu long à démarrer, mais une fois que la folie commence à gagner le personnage et que le chaos commence, on se sent à Gotham.
Joaquin Phenix est magistral.
Avatar de l’utilisateur
psychogore
1 crédit c'est déjà trop
Messages : 2353
Inscription : 23 mai 2003, 08:04

24 oct. 2019, 08:11

Vu : Terminator : Dark Fate

Bof bof ! Et je suis gentil.C'est mal écrit, mal joué, incohérent sur des trucs absurdes (lors d'un flash-forward un personnage semble rajeuni alors que ça a lieu 10 ou 12 ans dans le futur). De l'autre coté tu sens transpirer quelques idées (le coup du robot qui remplace le mec à l'usine).
Mais ça n’empêche pas le film de puer l'Hollywood actuel : numérique qui saute au yeux, méchant en scenarium, surenchère risible dans les cascades (on dirait une parodie de Fast & Furious et James Bond sur la fin...), message "socio-politique" forcé sans subtilité, les personnage de Schwarzzy et Hamilton qui arrivent de façon grotesque, l'action non-stop qui empêche de ressentir quoique ce soit pour les protagonistes.

Mais le pire, c'est que la première scène du film amène 2 choses :
-effacer tous les films qui ont eut lieu après T2.
-rendre complètement inutile T1 et T2

Franchement, T3 avait plus de sens, et même Genisys était plus cohérent !
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
Messages : 14679
Inscription : 12 juil. 2004, 17:04
Localisation : nstc-j

24 oct. 2019, 18:27

J'ai revu terminator et ce film suffi amplement pour commencer et finir ce combat sans fin, le 2 rallonge la sauce et si bien en plus !

Mais alors le reste ne m'en parlez pas je n'ai pas aimé les autres épisodes, l'ADN terminator s'est dissout au fil des épisodes.... schwary devrait songer à jouer dans autre chose, c'est peut être le moment de raccrocher les implants cybernétiques et de jouer dans des trucs plus expérimentaux ou plus intimes que les trucs bourrins habituels !
All your base.....
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
Messages : 7350
Inscription : 22 mai 2003, 16:26
Localisation : Nantes
Contact :

24 oct. 2019, 18:51

Les films on est d'accord, mais la série avec la Terminatrice était plutôt pas mal dans mes souvenirs. (Je n'ai vu que la saison 1 cela dit)
Incredible Excite-Dragon Shooting! Challenge to your Intensive Capacity!
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
Messages : 9130
Inscription : 29 avr. 2007, 11:28
Localisation : La Gias

24 oct. 2019, 19:16

Je n'ai jamais osé regarder tout ce qui a suivi le 2. Pour moi c"était comme toujours, des suites inutiles qui tirent sur la corde et qui doivent se noyer dans les incohérences.

Donc le coup de renier (parce qu'on parle bien de cela) tous ces autres films ne me choquera pas, si un jour je vois ce Dark Fate.
Jeux du moment : Assassin's Creed: Revelations (PS3) / Front Mission (SFC)
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
Messages : 14679
Inscription : 12 juil. 2004, 17:04
Localisation : nstc-j

24 oct. 2019, 21:33

Cormano a écrit :
24 oct. 2019, 18:51
Les films on est d'accord, mais la série avec la Terminatrice était plutôt pas mal dans mes souvenirs. (Je n'ai vu que la saison 1 cela dit)

J'en ai de vagues souvenirs mais j'avais bien apprécié aussi,
All your base.....
Avatar de l’utilisateur
Guts
Modérateur
Messages : 8825
Inscription : 22 mai 2003, 18:02
Localisation : 28
Contact :

25 oct. 2019, 09:01

Terminator Renaissance (4) était pas si mal. Je suis d'accord qu'il était incohérent sur plein d'élément de l'univers (comment la résistance fait pour obtenir du matos, pourquoi y a pas un seul robot pour garder les usines de fabrication ... etc), disons qu'il faut le voir comme une sorte de spin off mal dégrossi.
Toaplan Legendary Series
** Image **
Image
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
Messages : 7350
Inscription : 22 mai 2003, 16:26
Localisation : Nantes
Contact :

25 oct. 2019, 09:03

C'est celui qui met bout à bout des vieux rushs de Schwarzie en pensant que le spectateur n'y verra que du feu ?

Le reste du film passe à la rigueur mais cette scène de fight m'a complètement décrédibilisé le truc.
Incredible Excite-Dragon Shooting! Challenge to your Intensive Capacity!
Avatar de l’utilisateur
Guts
Modérateur
Messages : 8825
Inscription : 22 mai 2003, 18:02
Localisation : 28
Contact :

25 oct. 2019, 12:46

C'était pas des rushs, en fait son visage a été modélisé en 3D et collé sur un figurant. Ca se voit un poil mais ça reste assez honnête compte tenu de la date de sortie du film.
Toaplan Legendary Series
** Image **
Image
Avatar de l’utilisateur
Cormano
Counter Stop
Messages : 7350
Inscription : 22 mai 2003, 16:26
Localisation : Nantes
Contact :

25 oct. 2019, 12:47

Ah oui c'est ça !

Honnête, honnête... Je l'avais vu au ciné à sa sortie et ça m'avait fait bondir.
Incredible Excite-Dragon Shooting! Challenge to your Intensive Capacity!
Avatar de l’utilisateur
Guts
Modérateur
Messages : 8825
Inscription : 22 mai 2003, 18:02
Localisation : 28
Contact :

25 oct. 2019, 15:09

Marrant, moi j'avais trouvé ça plutôt cool. Bon après on dit que je suis bon public :D
Toaplan Legendary Series
** Image **
Image
raisonnable
King Fossile
Messages : 10305
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

28 oct. 2019, 00:06

Une bonne semaine de ciné en ce mois d'octobre, pas un déchet!!

Je commence avec le film du moment, qui continue à remplir les salles malgré les controverses et son côté anti-consensuel : JOKER.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 58374.html

J'ai été captivé par ce film comme par une oeuvre d'art, tellement il est un bijou esthétique. Cela vaut pour l'incroyable performance de Joaquim Phoenix bien sur, bien parti pour rafler un maximum de prix d'interprétation masculine. Mais pour tout le reste également : la photo, les couleurs, la musique, les jeux de rythme, l'émotion qui s'en dégage. Et puis le plus grand tour de force, c'est d'inscrire ce film dans l'univers DC comics de façon cohérente, alors qu'il s'en affranchit totalement. JOKER dans un autre univers, ça marchait tout autant, parce que ce n'est pas un film faisant vibrer nos âmes d'ados par une successions de cascades et de supers pouvoirs. Non, JOKER est un film apolitique qui parle de situations singulières et crasses, de celles qui nous laissent indifférentes parce que s'intéressant aux invisibles, mais aussi de politique, avançant masqué comme un super héros ou un super vilain, c'est selon. Ultra violent, ultra lucide dans sa vision sociétale, ultra corrosif, ultra sensible, ultra tendre pour cet anti héros perturbé qui bascule dans le meurtre, ultra radical, ultra crédible dans les mécanismes décrits, il n'y a aucune place pour le compromis et les concessions visant à rassurer les plus frileux et les plus hypocrites. JOKER est un bijou brut ciselé par un grand maître, jusqu'à en devenir brutal...générant une polémique pour petites bites (car comprendre n'est pas cautionner ni excuser, beaucoup oublient cette évidence). Vraiment, une expérience unique, époustouflante.


Mathias et Maxime, de Xavier Dolan.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 62235.html

Ce film sera probablement catalogué comme une oeuvre mineure dans la filmographie puissante de Xavier Dolan. Perso, je l'ai trouvé très bien foutu dans sa capacité à explorer la séparation heurtant une solide amitié, et des conséquences qu'elle génère : non dits, réaction au sentiment d'abandon et de trahison, colère qui s'exprime de façon détournée, perturbation parfois extrême dans le rapport à l'autre, sabotage plus ou moins conscient, etc. Malgré sa jeunesse, Dolan a toujours été un réalisateur doué comme personne pour parler de ce que l'humain traîne à l'intérieur de lui.


Hors normes, avec Vincent Cassel et Reda Kateb.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 65905.html

Ceci est un film avec son histoire et ses acteurs, mais il aurait tout aussi bien pu être un documentaire. Il est avant tout un plaidoyer voire une charge concernant les aberrations, en France, liées à la prise en charge des personnes frappées d'un autisme lourd. On suit deux équipes, deux associations en fait, qui n'ont pas d'agrément par l'état mais sont parmi les seules à bien vouloir s'occuper de patients quasi ingérables. Elles vont subir une inspection par le service spécialisé des services sociaux, qui les menace et les remet en cause dans leur légitimité. Le paradoxe est à se taper la tête contre un mur. C'est très bien joué parce que c'est joué avec les tripes, par deux grands acteurs et pleins de non acteurs. Il en ressort un film saisissant, qui permettra peut-être de donner un coup de pied dans une fourmilière aberrante.


Sorry we missed you, de Ken Loach.

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 64872.html

Dans ce nouveau film, Ken Loach s'attaque à la partie obscure des faibles taux de chômage anglo-saxons. Car on peut avoir du travail et quand même vivre dans la précarité voire en dessous du seuil de pauvreté, sans parler de la déshumanisation galopante des petits boulots (sécurité, transports de colis ou de voyageurs, etc) ou encore la perversion du statut d'autoentrepreneur, engluant toujours plus de proies dans des schémas impossibles, poussant à l'accident, au burn out, à l'explosion des liens familiaux. C'est un film bouleversant car il décrypte la descente aux enfers d'une famille à partir d'un événement logiquement positif : le père retrouve enfin du boulot. La fin est étouffante, brûlant tout angélisme qui viserait à relativiser la démonstration, il fallait avoir les couilles.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Guts
Modérateur
Messages : 8825
Inscription : 22 mai 2003, 18:02
Localisation : 28
Contact :

28 oct. 2019, 09:38

psychogore a écrit :
24 oct. 2019, 08:11
Vu : Terminator : Dark Fate
[...]
Mais le pire, c'est que la première scène du film amène 2 choses :
-effacer tous les films qui ont eut lieu après T2.
-rendre complètement inutile T1 et T2
Alors, vu ce we, et j'ai bien accroché (bon après j'ai prévenu je suis bon publique). Je suis pas d'accord sur le fait que T1 et T2 soient devenu inutile. Le film nous projet juste sur une autre timeline. Rien n’empêche de continuer a réaliser des histoires autour de John Connor. Le seul truc qui m'a vraiment fait tiqué sur ce Dark Fate c'est ...
Spoiler :
... cette explication tordue du T101 pour expliquer la manière dont il a connaissance des sauts temporel :X
Toaplan Legendary Series
** Image **
Image
Avatar de l’utilisateur
psychogore
1 crédit c'est déjà trop
Messages : 2353
Inscription : 23 mai 2003, 08:04

30 oct. 2019, 10:33

Marrant, ecrit comme ça on se rend compte que T101 = Tl.o.l.
Ca explique tout !
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
Messages : 6642
Inscription : 06 sept. 2012, 18:14
Localisation : Moose VS Beaver

03 nov. 2019, 13:18

Arctic avec Mads Mikkelsen (dont on parle en ce moment avec son rôle dans Death Stranding).

L'histoire d'un survivant à un crash d'avion en Artique (en réalité le film a été tourné en Islande), qui attend patiemment les secours en pêchant et en envoyant quotidiennement un signal de détresse, jusqu'au jour où un hélicoptère qui passait à proximité reçoive le message et tente de le secourir. Je n'en dis pas plus.

C'est un film de survie "classique" en conditions extrêmes (mais je trouve que Mads est quand même très chanceux dans son malheur), mais c'est bien filmé, avec une excellente performance de Mads qui parle pourtant très peu, et une fin riche en émotions.

Je vous le recommande!
Avatar de l’utilisateur
rag
Radiant Silverpost
Messages : 1165
Inscription : 24 nov. 2010, 19:46
Localisation : Ille-et-Vilaine

07 nov. 2019, 19:31

Simetierre (1989)

Adaptation plutôt fidèle du roman de Stephen King, mais plombée par une réalisation très cheap (limite TV-film), même pour un film de 1989 il parait ultra daté. La performance de l'acteur principal est assez quelconque et n'aide pas du tout…

Quelques bonnes idées cependant (la scène de l'accident fonctionne très bien), mais pas de quoi recommander le film, à part pour la culture des fans de Stephen King et de ses adaptations (elle reste dans la moyenne de celles-ci). La nouvelle version de Simetierre sortie cette année est dans ma liste "à voir", apparemment il est plutôt sympa sans être non plus une référence.

Brightburn

Relecture totalement assumée du mythe de Superman (un couple trouve un jour un bébé dans une capsule spatiale écrasée dans leur ferme du Kansas), à la différence près que celui-ci va commencer à très-très mal tourner quand il recevra des pulsions lui rappelant qu'il n'est pas sur terre pour faire ami-ami.

Un bon pitch de base, mais le film n'arrive pas à aller au-delà de cette idée alléchante, la réal' est sans génie, le film peine à trouver son rythme et n'arrive pas à installer de réelle ambiance. Deux-trois moments franchement gores arrivent quand-même à éveiller l'attention, mais je l'ai ai trouvés un peu gratuits. Dommage, le pitch me plaisait bien.

Captain Marvel

Totalement dispensable, ce film n'est qu'un épisode "filler" entre Avengers : Infinity War et Avengers : Endgame, qui ne sert qu'à introduire le personnage assez fumé de Captain Marvel. Le fan service 90's ne fonctionne pas, et je suis pourtant plutôt bon client d'habitude (les références musicales sont insérées au chausse-pied, cf. le Come as you are qui sort de nulle-part).

Dans les rares bons points, le rajeunissement de Samuel L. Jackson est impeccable, et y'a un chat.

Shin Godzilla

Sorti en 2016, on peut le voir comme la réponse japonaise au Godzilla américain. C'est un reboot total, le Japon découvre Godzilla dans cet opus, avec un monstre qui mute progressivement (la première version de la bestiole qui arpente les rues a d'ailleurs une gueule pour le moins… bizarre ^^).

Exit le monstre qui protège la planète terre contre d'autres menaces, là on retourne à la base du Godzilla de 1954, en mode serious-business avec un Godzilla potentiellement destructeur de civilisation.

Le film est très critique des autorités et de leur incapacité à gérer des évènements d'une telle ampleur -tu la sens la référence à Fukushima ?-, encore un parallèle avec le tout premier Godzilla, On pourra reprocher au film de beaucoup s'attarder sur ce côté administratif (attendez-vous à beaucoup, beaucoup de scènes de bureau), et le rythme en prend forcément un coup.

En tout cas on a là un Godzi vraiment terrifiant, sans doute le plus flippant que j'ai pu voir, avec des effets spéciaux assez bluffants compte tenu du budget ridicule comparé aux derniers Godzilla made in US.

Un must pour tous les fans de kaijus j'imagine (ils l'auront tous déjà vu de toute façon ^^), mais je le recommande aussi à ceux qui sont juste curieux de Godzilla, je pense qu'on peut parler d'épisode majeur pour celui-ci.

Godzilla II - King of the Monsters

Meh… j'en attendais beaucoup, sans doute trop (j'avais plutôt bien aimé le précédent malgré ses nombreux défauts), ben y'a pas grand-chose à sauver à part les affrontements entre kaijus, qui restent franchement pas mal au demeurant.
Next

Avengers : Endgame

Trop long (trois heures), heureusement c'est la première moitié qui est trop lente et non l'inverse. J'ai trouvé la première partie du film franchement gênante, avec toutes ces blagues potaches qui tombent à plat.
Le film se rattrape ensuite, et je dois bien avouer que la seconde moitié du film est franchement épique.

Spider-Man - Far from Home

Meh, encore un Marvel bis comme Captain Marvel, oubliable (le personnage de Spidey reste quand-même cent fois plus attachant que Captain Marvel au demeurant).

Spider-Man: Into the Spider-Verse (New Generation en français)


Grosse claque ! Les premiers mots qui me sont venus au générique de fin : "putain c'était cool !"

Visuellement j'ai trouvé ça un peu déroutant au début, l'impression de voir des personnages d'un JV Tellale avec une animation saccadée à 25fps, puis on se fait happer par ce délire visuel qui marrie à merveille 2D, 3D et esthétique pop-art/comics, le tout de façon ultra dynamique avec des moments franchement drôles.

C'est excellent, je le recommande à tout le monde (et c'est tout public ;) ).
Avatar de l’utilisateur
Alec
King Fossile
Messages : 14679
Inscription : 12 juil. 2004, 17:04
Localisation : nstc-j

09 nov. 2019, 13:04

rag a écrit :
07 nov. 2019, 19:31
Simetierre (1989)



Captain Marvel

Totalement dispensable, ce film n'est qu'un épisode "filler" entre Avengers : Infinity War et Avengers : Endgame, qui ne sert qu'à introduire le personnage assez fumé de Captain Marvel. Le fan service 90's ne fonctionne pas, et je suis pourtant plutôt bon client d'habitude (les références musicales sont insérées au chausse-pied, cf. le Come as you are qui sort de nulle-part).

Dans les rares bons points, le rajeunissement de Samuel L. Jackson est impeccable, et y'a un chat.

J'ai bien aimé sans plus.... ce film a teasé un personnage surpuissant et.............. dans endgame.........
"l'univers est en danger mais avant je dois aller trèèèès loin régler un truc trèèèèèèès important, promis je reviens quand la situation sera carrément désespérée, enfin peut être, si jamais j'ai fini cette tâche siiii importante .... "


Et c'est assez nul je trouve de mettre en avant un perso majeur et qui est doté d'une puissance quazi divine pour que au final, l'effet "pétard mouillé" arrive.....


Pour revenir sur endgame, j'ai pas aimé :
"on des les garçons et on est foOooorts........!!!!"
"et nous on est des fIllles et on est fortes nous aussiiiiiiii on saiiiit se battre"

Le tout sur deux tableaux bien distincts à un moment donné et plus clichés tu meurs.....

cette façon de justifier le statut des femme est assez déplacé je trouve.....
All your base.....
Avatar de l’utilisateur
rag
Radiant Silverpost
Messages : 1165
Inscription : 24 nov. 2010, 19:46
Localisation : Ille-et-Vilaine

09 nov. 2019, 15:22

Alec a écrit :
09 nov. 2019, 13:04
Et c'est assez nul je trouve de mettre en avant un perso majeur et qui est doté d'une puissance quazi divine pour que au final, l'effet "pétard mouillé" arrive.....
Spoiler :
Mais tellement, ça valait vraiment le coup de faire tout un film pour introduire un perso qui n'a au final qu'une importance plus que minime dans l'intrigue.
Alors certes on nous épargne au moins un deus ex machina facile et prévisible où elle serait arrivée au dernier moment pour casser les bouches à tous les méchants, mais du coup elle sert quasi à rien en fait…
Et comme tu dis, très pratique pour le scénario d'éloigner le perso le plus fumé pendant 99% du film, sans savoir vraiment pourquoi en plus :D
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
Messages : 6642
Inscription : 06 sept. 2012, 18:14
Localisation : Moose VS Beaver

09 nov. 2019, 15:40

Aquaman.

Je m'attendais à un mauvais film, et au final c'est un TRÈS mauvais film :D
RIP l'écriture, le jeu des acteurs, la cohérence, la "logique" du déroulement du film. À peu près rien ne tient debout.
C'est un nanard de série Z mais avec un budget hollywoodien.
À part Jason Momoa qui a un certain charisme, il n'y a rien à sauver.

Et la fin laisse penser à une suite (qui arrivera certainement vu les recettes du film) :D
Répondre