la séquence du spectateur

Discussions générales ou hors topic pour les membres de la communauté. Les consommations ne sont pas incluses dans le prix, et on ne drague pas la serveuse merci.
Avatar de l’utilisateur
Radigo
Counter Stop
Messages : 6817
Inscription : 22 mai 2003, 16:31
Localisation : Paris
Contact :

27 août 2019, 09:30

Merci pour les spoiler...

Bah à l'instar de Boulevard de la mort où la première moitié du film ne sert QUE à faire monter la tension qui est libérée pendant toute la deuxième partie, ce perso n'est là QUE pour faire monter la tension, elle est naïve, jolie, touchante, on finit par s'attacher à elle et plus ça avance plus on se dit "merde c'est dommage ce qui va lui arriver". Et ça a parfaitement marché sur moi précisément parce que j'avais fait un cours de rattrapage d'Histoire juste avant.

Mais c'est plutôt couillu de miser un climax sur un élément aussi faiblard en effet car ça dépend beaucoup de la sensibilité du spectateur.
"HYPER GAGE : 500%"
Image
raisonnable
King Fossile
Messages : 10252
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

27 août 2019, 10:00

Ouais t'as raison pour le spoiler, tant pis pour les pertes actuelles mais j'ai sauvé les retardataires en balisant mon précédent texte.

Je pense que c'est surtout la façon dont on se représente un film qui va faire que le bat blesse, ou non. Pour moi, le problème n'est pas d'être préalablement informé de la réalité de cette histoire sordide, pour apprécier le final du film et la façon dont Tarantino l'amène. J'en connaissais les tenants et les aboutissants, et j'ai rapidement senti que le plantage de décor (auquel j'ai été insensible, ce qui n'aide pas) y serait lié.

Il n'empêche que je n'ai pas du tout adhéré, pour une simple raison : à mon sens, si un film décide de s'émanciper de la réalité (et c'est totalement le cas ici), alors il doit d'autant plus être bétonné et cohérent dans sa forme, afin d'être légitime en tant qu'oeuvre et histoire unique.

A partir du moment ou Tarantino décide de s'affranchir du réel, non seulement en introduisant des protagonistes fictifs qui donnent l'impression d'avoir impregné la culture américaine (ce qu'il fait magnifiquement avec ses deux personnages centraux, et là oui ça marche); mais aussi en proposant une telle alternative à la réalité que son final le prétend, alors l'ensemble doit être cohérent (j'insiste) et tenir debout, et non pas jouer sur la référence.

Pour faire plus clair (quoique...) : peu importe ce que l'histoire réelle nous apporte comme supplément. S'il est oeuvre de fiction, un film vit avant tout pour lui-même, émancipé de toute information extérieure. Et de fait, chaque personnage dans le film doit garder une place logique au regard de ce qu'il se passera et de l'importance qu'il occupe, pour le film et juste pour le film.

Bon, j'ai essayé de mettre au clair mon opinion sans spoiler davantage, l'exercice n'est pas simple vu le sujet!
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
raisonnable
King Fossile
Messages : 10252
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

11 sept. 2019, 11:35

Vu sur arte.tv hier, un film japonais totalement craqué!!! ça s'appelle Big Man Japan, on est dans un faux documentaire qui pastiche les films façon Godzilla et autres grands monstres dans la ville, et c'est tellement mais alors tellement n'importe quoi...et en même temps, c'est bien filmé et ça ne tourne pas en rond, voire le film pousse les limites du mauvais goût de façon talentueuse et jouissive!!

Il est donc visible sur arte.tv, et de toute façon j'ai trouvé un lien sur youtube, tentez l'aventure bordel il n'y a rien à regretter uh!uh!uh!


L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
rag
Radiant Silverpost
Messages : 1150
Inscription : 24 nov. 2010, 19:46
Localisation : Ille-et-Vilaine

11 sept. 2019, 20:02

OK, je viens de le regarder en entier, c'était… particulier ^^
Merci pour ce moment en tout cas (et merci à Arte pour leurs balls en titane :aaah: ), c'était très divertissant :D
raisonnable
King Fossile
Messages : 10252
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

12 sept. 2019, 11:05

Content que tu aies "apprécié" ce film hors norme!
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
psychogore
1 crédit c'est déjà trop
Messages : 2345
Inscription : 23 mai 2003, 08:04

12 sept. 2019, 11:17

Intéressant. Sous ses apparences de comédie transpire une certaine amertume sur un pays qui semble s'oublier sous l'influence extérieure. Très politique en fait.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10252
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

12 sept. 2019, 16:25

Ah lecture intéressante, je ne l'ai pas du tout regardé avec cet œil, trop esclaffé par le délire ambiant. Ce que j'ai relevé en revanche, c'est toute l’ambiguïté de l'opinion populaire, qui demande à être protégée tout en devenant tyrannique avec son protecteur.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
M.Knight
El Smarto
Messages : 2538
Inscription : 24 déc. 2010, 11:28

22 sept. 2019, 12:44

J'ai enfin regardé deux films que j'avais sur mon (très petit) backlog de films et notamment Office Space qui m'a complètement convaincu.

Office Space raconte l'histoire de Peter Gibbons, un salarymen dans une boîte américaine (Initech) à l'aube du second millénaire, qui subit tout le bullshit corporate qui va avec les jobs de ce genre : les cubicles, les managers, les process absurdes à respecter, le bruit permanent, la répétitivité des tâches qui lui sont imposées, les heures sup' forcées, etc.
Il ne peut pas blairer tout ça mais n'a jamais la volonté et la motivation de changer les choses. Suite à certains évènements, il décide de changer son état d'esprit et en quelque sorte de se "rebeller" contre cette absurdité.

Et c'est très très drôle. Déjà dès la première scène j'étais plié tellement les frustrations du travailleur sont représentées de façon très précise et comique. On sent une vraie authenticité dans les scènes et dans la satire de l'univers de l'entreprise. Et le film est rempli de scènes toutes aussi excellentes les unes que les autres.
Spoiler :
-Peter qui tente de s'échapper plus tôt Vendredi soir pour éviter son manager et les heures sup' du week-end qu'il va forcer. Voir le grand sourire sur son visage s'effondrer en un instant lorsqu'il tourne la tête et se rend compte que ledit manager est derrière lui, c'est priceless.
-La réunion avec les Bob où Peter explique sans stress ce qu'est vraiment son quotidien et à quel point il n'a aucun raison de se donner à fond pour la boîte. C'est le genre de scènes que devraient voir tous ceux qui adhèrent au bullshit managérial et corporate.
-L'hilarant upload du malware sur un des ordinateurs de la boîte tellement mis en scène et surjoué et à la fois super self-aware avec le "Well, that was easy" de la fin qui le conclut à la perfection.
-La serveuse Joana qui en a marre des guidelines bidon de son boss et quitte son taff en balançant un doigt d'honneur à tout le monde dans le resto'.
-Peter et ses deux collègues qui cherchent "Money Laundering" dans le dictionnaire et sont frustrés d'avoir foiré leur plan pour soutirer du cash en douce à Initech.
-Et bien sur, la scène de destruction de l'imprimante tellement satisfaisante et cathartique. C'est de loin le meilleur passage de tout le film. Avec des "Die motherfucker, die!" dans la musique en plus, c'est tellement parfait.
D'ailleurs, la soundtrack à base de gangsta rap est très bien choisie. C'est pas un genre qui me parle beaucoup habituellement mais le contraste avec le décor très éloigné du ghetto colle parfaitement, et encore plus quand on se rend compte que la musique reflète à fond la frustration et la colère interne que ressentent Peter et ses collègues.
Je recommande vivement! Pour un film de 1999, il reste vraiment d'actualité même si les disquettes et les cubicles ont laissé place au cloud et aux open space.

----

Sinon, du même réalisateur, j'ai regardé Idiocracy, qui imagine un futur dystopique où tout le monde est devenu bien plus stupide et abruti. Deux personnes pas particulièrement extraordinaires d'aujourd'hui y sont envoyés par mégarde et ils essaient de s'en sortir.

J'ai bien aimé la satire du corporatisme à l'extrême avec les marques omniprésentes, la propagande marketing et ses désastreuses conséquences, ainsi que la volonté de faire de tout un show spectacle à l'américaine, même pour des trucs très sérieux. Cela dit, j'ai trouvé la construction d' l'univers pas super solide/plausible, et puis les idiots sont un peu trop caricaturaux à mon goût (genre accent du sud des USA, vocabulaire et constructions de phrases préhistorique, etc.). J'imagine que c'est le concept justement, mais j'aurais peut être préféré plus de subtilité.

Après ça reste amusant, y a des bonnes scènes, c'est à voir. Mais à revoir, je ne sais pas trop. Peut être ai-je été un peu hypé par les remarques comme quoi le film est devenu réalité et que je me suis rendu compte qu'il y a quand même une sacrée différence, malgré quelques points communs.
Avatar de l’utilisateur
Shû Shirakawa
Counter Stop
Messages : 9102
Inscription : 29 avr. 2007, 11:28
Localisation : La Gias

22 sept. 2019, 15:52

M.Knight a écrit :
22 sept. 2019, 12:44
Sinon, du même réalisateur, j'ai regardé Idiocracy, qui imagine un futur dystopique où tout le monde est devenu bien plus stupide et abruti. Deux personnes pas particulièrement extraordinaires d'aujourd'hui y sont envoyés par mégarde et ils essaient de s'en sortir.

J'ai bien aimé la satire du corporatisme à l'extrême avec les marques omniprésentes, la propagande marketing et ses désastreuses conséquences, ainsi que la volonté de faire de tout un show spectacle à l'américaine, même pour des trucs très sérieux. Cela dit, j'ai trouvé la construction d' l'univers pas super solide/plausible, et puis les idiots sont un peu trop caricaturaux à mon goût (genre accent du sud des USA, vocabulaire et constructions de phrases préhistorique, etc.). J'imagine que c'est le concept justement, mais j'aurais peut être préféré plus de subtilité.

Après ça reste amusant, y a des bonnes scènes, c'est à voir. Mais à revoir, je ne sais pas trop. Peut être ai-je été un peu hypé par les remarques comme quoi le film est devenu réalité et que je me suis rendu compte qu'il y a quand même une sacrée différence, malgré quelques points communs.
Ah perso j'avais beaucoup ri pendant ce film, même si je suis d'accord avec toi, de là à le revoir, sans doute non.
Mais certains passages, comme celui de l'hôpital, sont énormes. Ou des petits détails à droite à gauche comme l'autoroute coupée mais les mecs vont tout droit quand même tellement ils sont débiles.
Jeux du moment : Resident Evil 5 (PS3) / Valkyrie Profile 2 (PS2)
Avatar de l’utilisateur
M.Knight
El Smarto
Messages : 2538
Inscription : 24 déc. 2010, 11:28

23 sept. 2019, 20:33

Le plus énorme dans la scène de l’hôpital pour moi, c'est
Spoiler :
les espèces de machines à sous avec des "WIN FREE MEDICAL CARE" et les zombies en train de jouer dessus. C'est à la fois tellement stupide et y a quand même une sacrée critique qui se cache dedans je trouve. Mais tout le reste est excellent aussi!
En comparaison, les scènes comme celle de l'autoroute sont très amusantes aussi mais il manque un second niveau de lecture pour que j'apprécie la blague autant que certaines autres du film qui mélangent plus habilement satire et débilité.
raisonnable
King Fossile
Messages : 10252
Inscription : 02 sept. 2008, 13:26
Localisation : une lionne, des cerisiers, une pomme et...des rats!!!

10 oct. 2019, 23:24

De belles découvertes au cinoche ces derniers jours :


Bacurau

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 47818.html

Dans un coin paumé du Brésil se trouve un petit village replié sur lui-même, dans lequel les habitants vont se rendre compte qu'il a disparu des images satellites. Des étrangers antipathiques y passent en moto, un ovni drone se promène allègrement dans les airs, le réseau de téléphone ne fonctionne plus, des meurtres sont commis dans les environs...ça pue. Mais les habitants ne sont pas les victimes désignées...

Ce film est jouissif, d'autant plus qu'on ne le voit pas venir, mais alors pas du tout!! ça commence en étude anthropologique des mœurs dans un petit bled coupé de tout, à l'occasion de l'enterrement de sa matriarche. Puis ça vire dans une tension insidieuse car le thriller diffuse son odeur par brises. Enfin, ça part en couilles et les méchants vont passer un bien mauvais moment. Une tuerie!!!


Port Authority

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 64843.html

L'histoire d'un gars de Pittsburgh, âgé d'à peine 20 ans, qui sort de prison, bénéficiant d'une conditionnelle. Il doit retrouver sa demi-soeur, qu'il ne connait pas, à New York, afin que celle-ci lui offre une solution de prise en charge pour l'aider à rebondir. Sauf qu'elle n'est pas là le jour du rendez-vous. En pleine galère, le gars va être aidé par un mec un peu plus vieux, qui va le prendre sous son aile sans le sortir totalement de la précarité. Dans un quotidien austère entre boulot de merde et hébergement dans un centre, le plaisir de vivre se fera grâce à une rencontre amoureuse avec une belle fille...jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'elle est une trans.

Au delà de la très joli histoire d'amour, ce film apporte un regard marginal sur les marginaux avec un grande acuité et beaucoup de talent, ainsi qu'une belle âme.


Enfin, j'ai vu Portrait de la jeune fille en feu

http://www.allocine.fr/video/player_gen ... 65621.html

Au 18ème siècle, une artiste peintre est chargée de faire le portrait d'une jeune femme de son âge, mais sans que celle-ci ne s'en rende compte. Pour cela, elle lui est présentée comme une dame de compagnie. Une amitié se noue entre les deux femmes, avant de basculer dans des sentiments plus troubles.

Encore une superbe histoire d'amour, cette fois entre deux femmes. Typique du genre de film où il se passe peu de choses dans le concret, mais où le temps passe vite tant l'observation des sentiments et des émotions y est précieuse et intense.
L'environnement en ville, un bruyant ronronnement.


fat cape et prise de Tate
Avatar de l’utilisateur
Mortipoil
Counter Stop
Messages : 6604
Inscription : 06 sept. 2012, 18:14
Localisation : Moose VS Beaver

13 oct. 2019, 03:05

Ça : chapitre 2 : très sympa, malgré la durée, je ne me suis pas ennuyé.
Par contre hormis une scène un peu gore au début, le jeu verse plus dans le comique que dans l'horreur. En tout cas rien pour faire frissonner dans le film, c'est très gentillet et parfois grotesque.
À noter la fin quand même très décevante.

Joker : excellent. Un peu long à démarrer, mais une fois que la folie commence à gagner le personnage et que le chaos commence, on se sent à Gotham.
Joaquin Phenix est magistral.
Répondre